Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Histoire du téléphérique de Saint –Nizier

jean martin
Situation du Moucherotte, De Saint-Nizier par rapport à L'agglomération grenobloiseSituation du Moucherotte, De Saint-Nizier par rapport à L'agglomération grenobloise

Situation du Moucherotte, De Saint-Nizier par rapport à L'agglomération grenobloise

Le Moucherotte, sommet du Vercors culminant à 1896 mètres et qui surplombe la cuvette grenobloise est un beau cadre naturel dans lequel le développement du tourisme s’avère possible. C’est notamment le projet d’une liaison entre ce sommet.et les communes des alentours qu’a imaginé une succession d’acteurs depuis la fin du XIXème siècle.

1892-1954 : les différents projets

1892 : 1er projet de voie à crémaillère (3,6 km de long, 20% de déclivité moyenne) reliant le Moucherotte au chemin de fer Grenoble –Villard de Lans grâce à un embranchement à la gare de Saint-Nizier. Il ne sera pas mené à bien. La voie de chemin de fer entre Saint Nizier et Villard de Lans ne sera ouverte qu’en 1920.

1914 :2ème projet de de voie à crémaillère (3km de long, 25% de déclivité moyenne) piloté par le conseil général de l’Isère sur un vœu du syndicat d’Initiative de Grenoble. La guerre stoppera ce projet.

1929 : projet de funiculaire aérien entre Lans et Saint-Nizier qui ne verra jamais le jour.

1935 : Projet de téléphérique entre Seyssins(Les Garlettes ou les côtes – longueur de 2,9 Km) auquel il est prévu de coupler un complexe hôtelier et des pistes de ski. Faute de capitaux, le projet est abandonné.

Enfin, le dernier projet sera le bon. Un notaire d’Aix en Provence Mr Zuccheta est séduit par le site au pied des 3 pucelles, à Saint Nizier. Il rachète le chalet d’une de ses clientes et les terrains alentours. Malgré l’opposition de la mairie qui privilégie l’agriculture, Mr Zuccheta, devenu conseiller municipal, pense en 1952 à la construction d’un téléphérique reliant la commune au Moucherotte. Grâce à l’apport de capitaux aixois, le projet est sur les rails en 1954 : un téléphérique de 2,5km de long ,700 mètres de dénivelé (1190-1890) avec 36 cabines de 4 places, 300 personnes transportées à l’heure puis création de pistes de ski et enfin un complexe immobilier (hôtel, patinoire, logements) en haut du Moucherotte.

Le Moucherotte, sommet du Vercors culminant à 1896 mètres et qui surplombe la cuvette grenobloise est un beau cadre naturel dans lequel le développement du tourisme s’avère possible. C’est notamment le projet d’une liaison entre ce sommet.et les communes des alentours qu’a imaginé une succession d’acteurs depuis la fin du XIXème siècle.

Téléphérique de Saint-NizierTéléphérique de Saint-Nizier
Téléphérique de Saint-NizierTéléphérique de Saint-Nizier

Téléphérique de Saint-Nizier

Vie et mort du téléphérique (1956-1977)

En 1956, le téléphérique est inauguré et rencontre tout de suite un franc succès auprès des touristes qui viennent admirer les paysages. Mais rien n’est parfait : le téléphérique est arrêté lors des bourrasques de vent et les pistes de ski ne sont pas au niveau à cause du verglas ou du manque de neige.

La construction de l’hôtel 3 étoiles démarre en 1957 et tous les matériaux et l’équipement destiné à l’hôtel sont acheminés par le téléphérique. Pendant 2 ans, le téléphérique souffrira de ces transports. De plus, il était déjà obsolète lors de sa mise en route. L’exploitation de l’hôtel démarre à Noel 1959.

C’est le grand luxe. 25 chambres confortables au calme avec un panorama à couper le souffle qui s’étend sur tous les massifs montagneux de la région, de la nourriture de qualité, cheminée et salle à manger élégantes (décoration du plafond réalisée par le décorateur de l’opéra de Paris) sont à la disposition d’une clientèle huppée. Les stars de l’époque sont au rendez-vous (Brigitte Bardot, Dalida, Luis Mariano, Charles AZNAVOUR …..).

Pour rejoindre l ‘hôtel Ermitage, et c’est là que le bât blesse, il n’y a que le téléphérique (13 minutes de voyage dans des cabines en forme de petite calèches couvertes).Quand le vent souffle trop fort, la clientèle reste bloqué à l’hôtel car la route de secours reliant Lans au Moucherotte ne sera jamais construite.

Peu à peu la clientèle déserte et la vie mondaine du couple Zuccheta n’aide pas à tenir une comptabilité correcte de l’hôtel. Dès 1966, le téléphérique est déficitaire. L’espoir soulevé par les jeux olympiques de 1968 restera vain malgré la présence d’épreuves à Saint Nizier. La préfecture de l’Isère rejette le plan d’aménagement du site du Moucherotte. Les actionnaires de la société gérant l’hôtel et le téléphérique refusent de remettre au pot. Elle dépose le bilan en 1973. En 1975, l’hôtel ferme définitivement. En 1977, la préfecture interdit toute exploitation du téléphérique car le câble aurait dû être remplacé depuis 1974.

Hotel Ermitage sur le Moucherotte
Hotel Ermitage sur le MoucherotteHotel Ermitage sur le Moucherotte
Hotel Ermitage sur le MoucherotteHotel Ermitage sur le Moucherotte

Hotel Ermitage sur le Moucherotte

Epilogue

Peu à peu les installations (hôtel, téléphérique) se dégradent par manque d’entretien et à cause de divers prédateurs. En 1983, la gare supérieure du téléphérique brûle. En 1985, un particulier rachète la société, l’espoir renaît mais rien ne se fait. En 2001, l’hôtel est définitivement rasé.En 2002, le téléphérique est démonté. L’aventure est terminée. Reste les ruines de la gare de départ dans Saint-Nizier.

Le site d'un passionné

lemoucherotte.fr

Commentaires

Jerome 24/08/2016 15:28

J'ai trouvé moi aussi votre reportage intéressant surtout les photographies. Il manque cependant quelques informations sur les accidents survenus au téléphérique du Moucherotte, notamment celui survenu en 1962. J'avais alors 2 ans et j'étais dans la cabine qui s'est décrochée au départ de la gare du haut:

jean martin 01/09/2016 22:01

Effectivement quand on voit le matériel des stations de ski d'aujourd'hui, les fameuses nacelles du télécabine ou téléphérique de l'époque n'inspire pas ou peu confiance au niveau sécurité. Dans le même ordre d'idées, on peut comparer la sécurité dans les voitures d'aujourd'hui et dans les voitures des années 60, il n'y a pas photo!

michel 30/06/2016 13:47

Bonjour
J'ai trouvé votre reportage très intéressant sur le téléphérique (qui n'en était pas un ") à propos du Moucherotte.
J'ai mis un lien de cette page sur mon site perso lemoucherotte.fr

Bravo

Michel

jean martin 30/06/2016 22:23

Excellent site sur la massif du Moucherotte et son hotel aujourd'hui disparu.Je vais rajouter le lien
J'avais visité les ruines de l'hotel Ermitage au début des années 90 en veannat par le chemin depuis Lans en Vercors, c'était
un beau site avec un beau panorama.
Quelques vues de l'intérieur de l'hotel dans cette vidéo avec des extraits du film "la bride au cou "de 1961 ( si vous ne connaissezpas)
https://www.youtube.com/watch?v=tr3QaAx-VGA