Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Histoire des quartiers de l'Expansion

jean martin

A la veille de la première guerre mondiale, à l’Est et au Sud, les remparts sont toujours présents, malgré l’ouverture de nouvelles portes pour faciliter la circulation vers l’extérieur. Ces percées ont permis l’apparition de quartiers en passe d’être urbanisés :

  • vers le Sud : La Capuche, les Eaux-Claires, la Bajatière etl’Abbaye .
  • vers l’Est : L’Ile Verte.

Cette densification se poursuivra jusqu’à la guerre, avec l’installation d’équipements publics (comme l’école Normale de garçons) et même des équipements militaires (Caserne Bayard).

En 1919 le socialiste Paul Mistral est élu maire de Grenoble et va lancer de grands programmes urbains dans la ville dont le démantèlement des fortifications (entre 1920 et 1950), la mise à l’étude d’un projet d’urbanisme (le plan Jaussely) et la recherche de solutions pour résoudre le problème du logement ouvrier.

En 1920, Grenoble cesse d’être une place forte malgré le refus de l’armée en particulier concernant le rachat des terrains des fortifications et servitudes militaires ainsi que des polygones d’artillerie (actuellement le Polygone Scientifique) et du Génie.

Ce dernier ainsi que la ligne de remparts Sud sont des obstacles au développement de la ville vers le Sud. P. Mistral a l’idée d’associer le conseil général de l'Isère et la Chambre de Commerce et d’Industrie pour organiser l’exposition internationale de la Houille Blanche et du Tourisme. Celle-ci ne peut avoir lieu que sur le vaste terrain du polygone malgré l’opposition de l’armée,

En 1925, l’exposition est ouverte pendant six mois. C’est un succès populaire et financier avec en particulier la transformation définitive du polygone du génie en parc. Sa suppression marque l’ouverture de l’urbanisation vers le Sud.

Entre 1925 et 1943, la ligne des remparts Sud est arasée pour laisser place à un grand boulevard urbain et un futur nouveau quartier (« les grands boulevards »). Pour relier le quartier de l’Ile Verte, il faudra attendre l’après-guerre pour détruire les remparts Est et arrimer définitivement ce quartier au reste de la ville.

Entre 1918 et 1945, Grenoble sera passée de 80000 à environ 100000 habitants et ce sont les quartiers de l’Expansion au Sud (Bajatière, Eaux-Claires, la Capuche, l'Abbaye) et à L’Est (Ile Verte) qui vont en profiter. A la fin de la 2ème guerre mondiale, ils totalisent 20000 habitants, soit autant que la vieille ville et que le quartier haussmannien.

Source Wikipédia

Source Wikipédia

Commentaires