Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Les quartiers de l'Est grenoblois : Abbaye et Teisseire

jean martin
Vue de Grenoble depuis le téléphérique (indéterminé - entre 1930 et 1950) la cité de l'Abbaye est l'ultime zone urbanisée de cette partie de Grenoble

Vue de Grenoble depuis le téléphérique (indéterminé - entre 1930 et 1950) la cité de l'Abbaye est l'ultime zone urbanisée de cette partie de Grenoble

___________________________________________________________

Ce post se décompose en plusieurs chapitres:

- Des champs à l'urbanisation

- Quartier de l'Abbaye

     > historique

     > cité HBM de l'Abbaye

     > Cité de l'Abbaye : bientôt à la casse ?

     > Les Mouettes 

     > Chatelet

     > Maison forte du Chatelet

- Marché de l'Abbaye

- Groupe Moyrand

- Grand ensemble Léon Jouhaux

- Les gitans à Grenoble : 100 ans de sédentarisation

- Quartier Teisseire

 ___________________________________________________________  

Début des années 1920: au Sud-Est des remparts et du polygone du génie (futur parc Paul Mistral): beaucoup de champs et quelques hameaux. En Bleu: le torrent du Verderet ( aujourd'hui dans des tuyaux enterrés)

Début des années 1920: au Sud-Est des remparts et du polygone du génie (futur parc Paul Mistral): beaucoup de champs et quelques hameaux. En Bleu: le torrent du Verderet ( aujourd'hui dans des tuyaux enterrés)

Des champs agricoles à l'urbanisation

Des champs, quelques fermes, une maison forte, un couvent et au milieu un gros ruisseau venant d'Eybens le Verderet, tel est le panorama bucolique qui composent les lieux-dits du petit et du grand Chatelet en ce début du XXème siècle.

 

L’urbanisation commence avec la construction de la cité HBM de l’abbaye en 1929. Progressivement, en direction vers le Sud, elle s’étend d’abord au Chatelet (à partir de 1954) le groupe HLM Moyrand (vers 1956) puis à l’ensemble HLM Léon-Jouhaux (terminé 1960) et au quartier Teisseire (terminé 1962) ainsi que dans les rues environnantes ce qui a créé une zone urbanisée dans tout l’Est de Grenoble

Avant, c'était la campagne...

Vue du futur quartier Abbaye - Teisseire avant urbanisation

Vue du futur quartier Abbaye - Teisseire avant urbanisation

Présence de fermes

Présence de fermes

En arrière plan , le Moucherotte dans le massif du Vercors

En arrière plan , le Moucherotte dans le massif du Vercors

Des maraichers , aujourd'hui une "espèce" éteinte dans le quartier de l'Abbaye

Des maraichers , aujourd'hui une "espèce" éteinte dans le quartier de l'Abbaye

Cours de ferme

Cours de ferme

Il existait un couvent de bonnes soeurs appelé "au bon pasteur"

Il existait un couvent de bonnes soeurs appelé "au bon pasteur"

Intérieur du couvent

Intérieur du couvent

Et la ligne de chemin de fer Grenoble-Chambery  depuis 1864 traversait le quartier

Et la ligne de chemin de fer Grenoble-Chambery depuis 1864 traversait le quartier

Aujourd'hui, un mélange de grands ensembles (barres et tours) de petits immeubles agrémentés de quelques maisons et d'espaces verts

Les quartiers de l'Est grenoblois : Abbaye et Teisseire

Vue aérienne du quartier de l'Abbaye

A droite : la cité de l'Abbaye

A gauche: alignement en quinquonce du groupe Moyrand

Au centre : La place du marché d'ou part l'avenue Jeanne d'Arc - coté droit du triangle du marché

Les quartiers de l'Est grenoblois : Abbaye et Teisseire

Le quartier de l'Abbaye

Historique

Il est situé dans la partie Sud-Est de la commune de Grenoble à la limite de la commune de Saint Martin d’Hères (quartier Croix Rouge).

 

A ce jour,le nom « abbaye » reste une enigme .Ancien moulin ou ancien couvent ? Ce nom proviendrait de l'extension du terme abbaye pour un lieu où un procureur religieux venait officier et gérer les affaires dans de petites chapelles locales.

 

D'abord rural c'est au début du XXème que de petites unités industrielles  s'installent.On dénombrent des teinturies, des blanchisseries, une tuilerie, une porcherie, un dépôt de chiffons (pour les papèteries?), un entrepôt d'huile et d'essence, un rouloir à chanvre.

 

La grosse usine proche est la biscuiterie Brun ( fermée entre 1990 et 2000) qui se situe dans le quartier voisin de la Croix Rouge à St martin d'hères.

 

Jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, c’est un simple faubourg de Grenoble, situé au Sud de la ligne des remparts de 1880 qui ont été transformés en boulevard (bd Clémenceau) à partir de 1925. Son urbanisation désordonnée est typique de l’expansion des quartiers Sud de Grenoble entre 1920 et 1970 mais qui a été limitée ici par plusieurs contraintes :

  • La voie de chemin de fer et les propriétés agricoles : le Lycée Argouges (ancien lycée Jean Bart) et le Collège Vercors ont été implantés sur le site de la dernière ferme de l’Abbaye détruite en 1966.

  • Les grands axes routiers : route d’Eybens, route de Gières.

  • L’ancienne ligne de tramway. 

 

Dans ce quartier, les habitations sont issues de plusieurs vagues successives d’urbanisation au XXème siècle avec une partie plus résidentielle au nord et des ensembles HLM au Sud :

  • les logements de la cité de l’Abbaye ,

  • Les logements du Programme Social de Relogement qui ont été construits entre 1954 et 1957

  • des logements résultant de divers programmes immobiliers (Million Lopofa, Copropriétés, HLM) recouvrant les années 1955-1967

  • les dernières constructions datant de 1980 (Les Mouettes).

 

En 1999, le recensement de la population dénombre environ 2 500 personnes sur le quartier de l’Abbaye (source INSEE). Ce chiffre n’a guère évolué depuis. Depuis le début ce quartier populaire a toujours été habités par un grand nombre d’immigrés (d’abord français et européens) puis maghrébins ainsi qu’une importante communauté gitane. C’estdonc  une population d’origine populaire a forte composante immigrée et gitane qui habite ce quartier.

 

Dans les années 70, il était perçu comme un petit Chicago, le centre névralgique de « la mafia italienne et gitane » (http://http://www.lepostillon.org/La-guerre-des-gangs-c-etait-mieux-avant.html)

Vues du quartier de l'Abbaye depuis l'avenue Jeanne d'Arc

 

Quartier de l'Abbaye entre 1930 et 1940

Quartier de l'Abbaye entre 1930 et 1940

Quartier de l'Abbaye entre 1930 et 1940

Quartier de l'Abbaye entre 1930 et 1940

Quartier de l'Abbaye entre 1950 et 1960

Quartier de l'Abbaye entre 1950 et 1960

Quartier de l'Abbaye en 2015

Quartier de l'Abbaye en 2015

Rue Claude-Genin 

Rue Claude Genin entre 1930 et 1940

Rue Claude Genin entre 1930 et 1940

Rue Claude Genin en 2018

Rue Claude Genin en 2018

Une école du quartier des années 30 (style art déco) : Ecole Jules Ferry

Le plan de l'école

Le plan de l'école

L'ecole (rue Léon Jouhaux)

L'ecole (rue Léon Jouhaux)

Rue Léon Jouhaux devant l'école Jules Fery (1964)

Rue Léon Jouhaux devant l'école Jules Fery (1964)

Cité de l’ABBAYE : bientôt réhabilitée ?

Cet ensemble de trois îlots HLM (15 bâtiments – 264 logements) a été construit en 1929 dans un souci social et hygiéniste par l'office public municipal HBM avec pour architectes E. Rochas et R. Fonné. Composé de façon très géométrique en U collés les uns aux autres et imbriqués les uns dans les autres, les petits immeubles allient la pierre et le béton. Fière de sa réalisation et pour souligner son paternalisme social, la ville a fait apposer son blason au-dessus de chaque entrée.

 

Rénovée en 1978 et labellisée patrimoine du XXe s. en 2003, la Cité de l'Abbaye est aujourd'hui menacée de démolition/ reconstruction à cause de graves désordres structurels (dixit le bailleur social).

 

 

La cité de l'Abbaye est l'un des derniers vestiges de l'histoire du logement social ouvrier dans Grenoble,ayant gardé son aspect d'origine. De part son architecture typique des années 20-30, elle se distingue des ensembles HLM  construits plus récemment ( il n'y a qu'à regarder autour d'elle). Il est vrai que le coût de rénovation se chiffre au minimum à plusieurs millions d'Euros ( mais pour 250 logements, cela se chiffre entre 40 et 80 K Euros/logements selon le niveau de rénovation entrepris).

 

La pétition pour sauvegarder ce patrimoine (devenu unique) dans notre ville:

 

Les plans

La cité : 15 immeubles en 3 îlots composés de 2 immeubles en L , 2 immeubles en I et 1 immeuble en U

La cité : 15 immeubles en 3 îlots composés de 2 immeubles en L , 2 immeubles en I et 1 immeuble en U

un exemple de façade coté cour

un exemple de façade coté cour

un exemple de façade coté rue

un exemple de façade coté rue

Images du passé 

La cité dans les années 30-40 ( le marché a remplacé les vignes)

La cité dans les années 30-40 ( le marché a remplacé les vignes)

La cité vue depuis rue Argouges ( années 70)

La cité vue depuis rue Argouges ( années 70)

Même vue en 2018

Même vue en 2018

La cité vue depuis le Châtelet (année 1982)

La cité vue depuis le Châtelet (année 1982)

La cité vue depuis le Châtelet (année 1982)

La cité vue depuis le Châtelet (année 1982)

 la cité aujourd'hui

 

Vue depuis une des cours  en 2015

Vue depuis une des cours en 2015

2017 : la destruction a déjà commencé

2017 : la destruction a déjà commencé

2018 - un 1er immeuble a été détruit

2018 - un 1er immeuble a été détruit

2018 - limite cité de l'Abbaye - marché de l'Abbaye

2018 - limite cité de l'Abbaye - marché de l'Abbaye

Les Mouettes

Ensemble HLM de 60 logements construits dans les années 80. Des petits cubes agrémentés de toit qui reste dans la limite du logement à taille humaine (pas de tour, ni de barre)

 

 

Les Mouettes ( début années 80)  - Photo JF Parent

Les Mouettes ( début années 80) - Photo JF Parent

Les Mouettes ( début années 80)  - Photo JF Parent

Les Mouettes ( début années 80) - Photo JF Parent

Les Mouettes 2018

Les Mouettes 2018

Les Mouettes 2018

Les Mouettes 2018

Châtelet

Le Châtelet est un îlot du quartier Abbaye construit entre 1954 et 1967.Il a été conçu comme un simple découpage de voirie en lots rectangulaires dans une architecture de façades pauvres et un traitement des espaces libres quasi inexistant. Depuis Il a subi plusieurs réhabilitations et aménagements de l’espace public, pour donner un aspect plus humain à cet ensemble HLM.

 

Il est constitué des logements HLM aux normes très réduites répartis (de type logement transitoire) en 7 bâtiments d'habitation (142 logements) compris dans un rectangle auquel a été adjoint un groupe scolaire.

 

Cet îlot est considéré comme « le quartier des gens du voyage aujourd’hui séden­tarisés ». Cette communauté pourtant minoritaire (en 2003, une vingtaine de familles et 40 % de la popula­tion si l’on compte les couples mixtes) joue un rôle important dans le quartier de l’Abbaye. C’est aussi une population vieillissante qui connaît beaucoup de difficultés de santé, alimentaire et mentale, entraînant l’im­mobilité.

 

Au XXIème siècle, ces logements modestes et de petite taille ne répondaient aux besoins et les habitants étaient demandeurs d’un projet urbain entraînant démolitions et reconstructions.

 

Conçu dès 2004, le projet de démolition des bâtiments s a été lancé en 2014. Ils seront progressivement remplacés par des constructions neuves représentant un total de 330 logements gérées par le bailleur ACTIS, sur un périmètre plus large répartis comme suit :

  • 100 logements locatifs sociaux (30 % du programme, soit 2/3 des logements existants reconstitués) ;

  • 41 logements locatifs libres (12 %) ;

  • 156 logements en accession (48 %) ;

  • 33 logements en accession sociale (10 %).

 

42 logements sociaux ont été transférés par le bailleur ACTIS dans d'autres secteurs de Grenoble.

Pour mener à bien ce programme, les démolitions ont été réalisées bâtiment par bâtiment, au fur et à mesure du relogement des familles.
Cet îlot est passé de 100 % de logements sociaux à 30 %.

 

Bémols dans ce beau programme de rénovation urbaine :

  • la densification, avec un passage de 142 à 330 logements donc un surplus de circulation, de voitures garées.

  • Pour un futur acquérant, cet investissement foncier dans ce type de « nouveau quartier » présente toujours un risque de moins-value malgré des prix abordables (entre 2360 et 2600€/ m² contre 1910€/m² en accession sociale) pour les familles et les jeunes ménages.

Les début du Châtelet :

 

Avant la construction ; Le Chatelet, c'étaient les jardins

Avant la construction ; Le Chatelet, c'étaient les jardins

Les travaux démarrent , la fin dun bonheur dans le pré

Les travaux démarrent , la fin dun bonheur dans le pré

Construction du groupe scolaire

Construction du groupe scolaire

Groupe scolaire achevé au 1er plan, ensemble HLM au fond

Groupe scolaire achevé au 1er plan, ensemble HLM au fond

60 ans aprés , l'école n'a pas changé de look : même façade , même cour

60 ans aprés , l'école n'a pas changé de look : même façade , même cour

Le Châtelet entre 1960 et 1980

Quartier du Grand Chatelet -1

Quartier du Grand Chatelet -1

Quartier du Grand Chatelet -2

Quartier du Grand Chatelet -2

Quartier du Grand Chatelet -3

Quartier du Grand Chatelet -3

Quartier du Grand Chatelet -4

Quartier du Grand Chatelet -4

Quartier du Grand Chatelet -5

Quartier du Grand Chatelet -5

Quartier du Grand Chatelet -6

Quartier du Grand Chatelet -6

Quartier du Grand Chatelet - 7

Quartier du Grand Chatelet - 7

Le Chatelet après une 1ère rénovation (De qualité trés moyenne,seules les façades avaient été refaites)

Le chatelet en 2012

Le chatelet en 2012

Le Chatelet en 2012. Aujourd'hui, fini les arbres place au béton

Le Chatelet en 2012. Aujourd'hui, fini les arbres place au béton

Le nouveau Chatelet

 

Fin 2015

Fin 2015

Le nouveau quartier en 2018

Le nouveau quartier en 2018

2018 - Limite entre Le nouveau quartier et la vieille cité de l'Abbaye

2018 - Limite entre Le nouveau quartier et la vieille cité de l'Abbaye

Rue DuGuesclin ( entre Cité de l'Abbaye, Chatelet et la maison forte du Chatelet)

vers l'Est (Saint Martin d'Hères)

vers l'Est (Saint Martin d'Hères)

vers l(Ouest ( Le Chatelet et Cité de l'Abbaye)

vers l(Ouest ( Le Chatelet et Cité de l'Abbaye)

Maison forte du Chatelet

Elle est situé à l'angle de la rue Du Guesclin et de l'avenue du grand chatelet.

 

La partie centrale de ce bâtiment est très ancienne et date probablement du XIVème siècle.l'immense domaine attenant à la maison forte était à cheval sur Grenoble et Saint matin d'hères. Le domaine fut fondé par Guy Dauphin, seigneur de Montauban,frère du dauphin Jean II. Divers propriétaires ont occupé les lieux jusqu'à son rachat par François de Porte,président de la chambre des comptes de Grenoble en 1635.

 

En 1811, ses descendants vendirent le domaine qui fut éclaté entre le grand Chatelet (la maison forte , la grange et les écuries) et le petit Chatelet (existe toujours sur la route de Vizille). Au fur et à mesure des changements de propriétaires, la belle maison delphinale tomba en ruine et fut racheté par l'OPHLM de Grenoble qui la rénova en 1982.

 

7 logements sociaux locatifs avec jardins individuels ont été créés à l'intérieur de l'ancienne résidence seigneuriale. Si les murs de pierre et la tour furent recouvert d'enduit de protection, le corps du batiement a conservé son allure moyen-âgeuse ainsi que les anciens plafonds à la française.

 

Maison forte au XVIII - XIXème siècle

Maison forte au XVIII - XIXème siècle

Maison forte avant les années 50 avec les champs attenant

Maison forte avant les années 50 avec les champs attenant

Intérieur de la maison forte

Intérieur de la maison forte

Les débuts de l'urbanisation autour de la maison forte

Les débuts de l'urbanisation autour de la maison forte

Maison forte dans les années 70

Maison forte dans les années 70

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte en cours de rénovation (1982)

Maison forte rénovée (1985) - Photo JF Parent

Maison forte rénovée (1985) - Photo JF Parent

Maison Forte en 2018

Maison Forte en 2018

Place du Marché de l'Abbaye

Le marché de l'Abbaye en 1978

Le marché de l'Abbaye en 1978

Même place 40 ans plus tard

Même place 40 ans plus tard

Eglise Saint-Augustin  (2018) . Son parvis donne directement sur la place du marché

Eglise Saint-Augustin (2018) . Son parvis donne directement sur la place du marché

Groupe MOYRAND

Ensemble de 190 logements sociaux en 10 immeubles.

situés rue Dupleix et rue Condé dans le quartier Abbaye (tracé en 1956)

rénovation entre 2012-2014 en 2 tranches

cout environ 6,5 millions d’euros

Vue aérienne en 1956 . Au centre les batiments Moyrand. Au sud , encore des champs (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Vue aérienne en 1956 . Au centre les batiments Moyrand. Au sud , encore des champs (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Fin des années 50

Fin des années 50

Cité Moyrand début des années 60

Cité Moyrand début des années 60

Cité Moyrand vue depuis le marché e l'Abbaye (début années 80)

Cité Moyrand vue depuis le marché e l'Abbaye (début années 80)

2010 -avant rénovation

2010 -avant rénovation

Immeubles rénovés en 2015

Immeubles rénovés en 2015

Immeubles rénovés en 2015

Immeubles rénovés en 2015

Immeubles rénovés en 2015

Immeubles rénovés en 2015

Grand Ensemble Léon Jouhaux

Léon Jouhaux , ensemble de 600 logements construits au début des années 60 sans grande originalité architecturale (pas de décrochement de volume, pas de saillies ni de retraits, des gros cubes bien lisses optimisés pour un maximum de rentabilité économique) est typique des constructions de cette époque,. Des barres et des tours en périphérie de terrain, sont orientés pour ne pas trop donner l’impression d’un ensemble de bâtiments repliés sur eux-mêmes. La répartition des logements va du 2 aux 6 pièces avec une majorité de F3 et F4. Réhabilité dans les années 80-90, l’ensemble reste toujours un assemblage de gros cubes

 

Au départ, une population composée de nombreux rapatriés d’Algérie qui ont été progressivement remplacés, après leur départ par de grandes familles maghrébines

 

Plan masse du grand ensemble (le haut correspond au Sud) _ o a l'impression qu'il y a eu un copié-collé partiel qu quartier Mistral (construit à la même époque)

Plan masse du grand ensemble (le haut correspond au Sud) _ o a l'impression qu'il y a eu un copié-collé partiel qu quartier Mistral (construit à la même époque)

Les début de Léon Jouhaux (1964) - photo Jack Lesage

Les début de Léon Jouhaux (1964) - photo Jack Lesage

Les début de Léon Jouhaux (1964) - photo Jack Lesage

Les début de Léon Jouhaux (1964) - photo Jack Lesage

Grand ensemble Léon Jouhaux en 1985 (Photo JF Parent)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 1985 (Photo JF Parent)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 1985 (Photo JF Parent)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 1985 (Photo JF Parent)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 2018 (après réhabilitation)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 2018 (après réhabilitation)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 2018 (après réhabilitation)

Grand ensemble Léon Jouhaux en 2018 (après réhabilitation)

Les gitans à Grenoble : 100 ans de sédentarisation

La sédentarisation des gitans de Grenoble a commencé en 1914 dans les vieux quartiers de Grenoble. D’abord installés dans la montée de Chalemont (quartier Saint-Laurent), une partie de la communauté migre de l’autre côté de l’Isère dans les immeubles insalubres du quartier de la Mutualité. Malgré leur vétusté, le passage de la roulotte au logement en dur fut un réel progrès surtout pendant la saison froide. Pour certains, La sédentarisation économique avec abandon des petits métiers traditionnels (rempaillage, vannerie…) et reconversion vers la récupération des métaux ou la « chine » fut une nécessité pour continuer à gagner sa vie

 

Pendant l’entre-deux-guerres, les gitans vivent dans une semi-sédentarisation en alternant voyages et arrêts dans Grenoble. La seconde guerre mondiale fixe définitivement la communauté dans la sédentarité (sauf pour les forains). Comme pour beaucoup de français, les gitans ne furent pas à la fête pendant la seconde guerre mondiale. Au même titre que les juifs, ils étaient sur la liste noire du IIIème reich (3 000 tsiganes internés en France)

 

Dans les années 60, les vieux quartiers délabrés où sont installés les gitans sont rasés (Mutualités) ou rénovés (St Laurent). La communauté est alors relogée principalement dans le quartier de l’Abbaye, dans l’ilot du Chatelet où elle se retrouve en compagnie d’immigrés (Italiens, Espagnols, Maghrébins).

 

Une partie de la communauté, des sintis (gitans d’origine italienne) continue à vivre une semi-sédentarité. A l’origine forains, ils se sont tournés vers la vente sur les marchés. D’autres s’installent dans des caravanes sur des terrains dans l’agglomération grenobloise.

 

L’installation dans des logements plus modernes bien que de conception très rustiques et de mauvaise qualité (HLM du Chatelet) ont nettement amélioré les conditions de vie et les perspectives d’évolution de la communauté même si la pauvreté est toujours là. Aujourd’hui, les pesanteurs sociales (clanisme, place de la femme…) et les valeurs traditionnelles se maintiennent bien que les changements opérés depuis près d’un siècle soient passés par là (Libéralisation des mœurs après Mai 68, habitat partagé avec d’autres communautés, scolarisation des enfants).

Musée dauphinois ; exemple d'une roulotte du milieu du XIXème siècle en exposition à l''entée du musée en 2016

Musée dauphinois ; exemple d'une roulotte du milieu du XIXème siècle en exposition à l''entée du musée en 2016

 Les roulottes

Les roulottes

Les gitans à Grenoble : la référence

Les gitans à Grenoble : la référence

famille de gitans au Chatelet

famille de gitans au Chatelet

Le terrain vague sur lequel a été construit le lycée Jean Bart (devenu lycée Argouges en 1983 après l'assassinat du proviseur de même nom dans son bureau par un jeune détraqué). Ce terrain a été occupé dans les années 60 par les caravannes.

L'ancienne ferme qui occupait le lieu avant la construction du lycée Argouge

L'ancienne ferme qui occupait le lieu avant la construction du lycée Argouge

Les permiers gitans s'installent. Pas encore de roulottes ou de caravannes mais la ferme est toujours là

Les permiers gitans s'installent. Pas encore de roulottes ou de caravannes mais la ferme est toujours là

Début des années 60 ,le niveau de confort s'améliore, les caravanes font leur apparition

Début des années 60 ,le niveau de confort s'améliore, les caravanes font leur apparition

En arrière plan , le grand ensemble Léon Jouhaux

En arrière plan , le grand ensemble Léon Jouhaux

Caravannes et les dernières roulottes

Caravannes et les dernières roulottes

Les caravanes des années 60 n'ont pas encore la taille et le confort de celles d'aujourd'hui

Les caravanes des années 60 n'ont pas encore la taille et le confort de celles d'aujourd'hui

Les quartiers de l'Est grenoblois : Abbaye et Teisseire
1964 - le terrain vague commence a ^etre "travaillé.( Installation des conduites de la compagnie de chauffage) . Auloin le Chatelet et la cité de l'Abbaye

1964 - le terrain vague commence a ^etre "travaillé.( Installation des conduites de la compagnie de chauffage) . Auloin le Chatelet et la cité de l'Abbaye

1966 - toujours le même champs .La construction du futur lycé a démarré. Au loin , Cité de l'Abbaye et Groupe Moyrand

1966 - toujours le même champs .La construction du futur lycé a démarré. Au loin , Cité de l'Abbaye et Groupe Moyrand

Quartier TEISSEIRE

Ce quartier (Ensemble de bâtiments blancs à droite) est situé au sud -Est de Grenoble à la limite de St Martin d'Hères. A gauche , l'ensemble de villas est le quartier expérimental de la caisse d'épargne

Ce quartier (Ensemble de bâtiments blancs à droite) est situé au sud -Est de Grenoble à la limite de St Martin d'Hères. A gauche , l'ensemble de villas est le quartier expérimental de la caisse d'épargne

Plan du quartier

Plan du quartier

Teisseire : origine du nom

Quel lien entre les sirops Teisseire, Le quartier Teisseire et la cour Teisseire, ancien ilot du centre -ville (vieille ville) aujourd’hui disparu en dehors du nom ?

 

Le lien est le nom du créateur de la 1ère fabrique de ratafia à Grenoble en 1720 dans la cour Teisseire dont le petit-fils Hyacinthe-Camille Teisseire (1764-1842) fut un bienfaiteur de la ville. Grâce à ses compétences, il développa la petite entreprise familiale et ses liqueurs connurent un grand succès. Ayant le sens de l’intérêt général et de sa ville en particulier, il fut élu conseiller municipal en 1791 puis devint député de l’Isère. Sur ses deniers, il fit assécher les marais situés à la limite de Grenoble, Eybens et Saint Martin d’hères (le quartier Teisseire actuel) et les rendit cultivables. C’est dans la cour Teisseire que fut créée en 1912 la première grande salle de cinéma. Elle se dégrada progressivement au cours du XXème siècle avant d’être rasé.

 

Construction du quartier

Créé entre 1958 et 1962, Teisseire est le premier grand ensemble de l’agglomération comportant plus de 1000 logements (1268 exactement). Prévu pour 3000 habitants environ, il est entièrement géré par les HLM de Grenoble. Il possède une échelle de bâtiments constitués de petits immeubles et de 7 tours formant un ensemble peu dense avec un espace public abondant. Les logements sont de petites tailles (52% de T3). Un effort a été fait pour installer les parkings de façon périphérique. Parmi les 1eroccupants du quartier, il y avait de nombreux agents du CENG/CEA qui migrèrent rapidement sous d’autres cieux.

 

30 après, la situation s’est fortement dégradée

De nombreux problèmes ont été identifiés. Le quartier est mal relié au centre-ville malgré des distances raisonnables et constitue pour ses habitants comme pour les grenoblois un "territoire à part". La qualité du bâti est moyenne et la diversité de l’offre est limitée : 2/3 des logements sont de type F3 de moins de 60 m2. Les situations de sur et sous occupation sont fréquentes L’espace public est en déshérence depuis 20 ans avec une voirie et des parking en mauvais état. Les équipements publics sont nombreux (centre social, MJC, bibliothèque, maison de l'enfance) mais installés dans des bâtiments vétustes ou inadaptés (maison de l'enfance dans un ancien centre commercial, bibliothèque installée dans un immeuble promis à la démolition…)

Le taux de chômage est important (près de 30% - 2,5 fois le taux moyen grenoblois) surtout chez les jeunes (la moitié des habitants ont moins de 25 ans) et les populations d’origine étrangère( plus de la moitié de la population).De graves problèmes de délinquance, une importante économie parallèle et de trafics divers, peu de mixité sociale (demande faible, nouveaux entrants qui vivent des minima sociaux) renforcent l'image négative du quartier et incitent la population qui en a les moyens à fuir .

 

1997 : la municipalité décide de réagir

En juin 1997 Elle définit un programme d'intervention globale portant sur 3 points :

  • la revalorisation du bâti et des espaces publics
  • l'insertion d'activités économiques
  • l'intégration du quartier à la ville.

Elle a retenu l'équipe dirigée par Philippe Panerai dont le choix s’est effectué sur le caractère évolutif du projet, le principe de la diversification des statuts (locatif, copropriété), des bailleurs et du niveau d'intervention sur les réhabilitations

Dans le détail, cela donne une redistribution complète du foncier en différenciant le domaine public (rues, places, squares, jardins publics) et le domaine privé (espace privatif autour des immeubles, concept d'unité résidentielle),la requalification des raccordements aux artères de la ville et des points d'entrée du quartier par la création d'une place à l'intersection des voies Jean Perrot/Malherbe/Cocat et un programme de démolition limité (<100) compensé par la construction de petits programmes pour un nombre de logements identique.

 

Les actions entreprises

Un immeuble de 26 logements fortement dégradé démoli durant l'été 1999, a permis l'ouverture de l'espace vert central et le transfert de la bibliothèque dans de nouveaux locaux grâce à l’implication des habitants, des commerçants et des associations.

L’office HLM a transformé un immeuble de logement en pôle de service tertiaire, ouvert depuis l'été 1999.

La requalification d'une partie de l'avenue Paul Cocat (axe principal de circulation) a été réalisée entre 1999 et 2000.

La création d'unités résidentielles à partir d'un îlot de 200 logements, démarrée en 1996 et adaptée selon les principes proposés par Philippe Panerai s’est achevé au début des années 2000. Le clôturage de l'espace en pied d'immeuble a suscité des débats.

En conclusion La réalisation effective dans les délais annoncés des premières opérations de réhabilitation et d'espaces publics a apporté un réel crédit auprès des habitants, mais la mobilisation des locataires concernés par les projets de réhabilitation a été plus difficile.

 

10 ans plus tard en 2007

Côté négatif, ce quartier reste un quartier pauvre avec une forte concentration de familles d’immigrés (essentiellement maghrébines), de cas sociaux isolés, et beaucoup de précarité. Les professionnels notent un repli religieux qui touche aussi les enfants et s’accompagne d’une solidarité « communautaire » au détriment d’une solidarité commune ; un racisme qui s’exprime ouvertement. Il n’existe pas d’esprit de quartier à l’échelle de Teisseire, pas d’identité définie. L’insertion des jeunes est une préoccupation majeure, notamment celle des plus marginaux livrés à eux-mêmes.

 

Coté positif, une grande partie des immeubles a été réhabilitée ou reconstruite ; l’espace public s’est « verdit » grâce à la présence de trois parcs. Des résultats sont visibles : dans la partie résidentielle l’attractivité locative s’est reva­lorisée et les habitants se sont ’appropriée leur lieu d’habitation. Le pourcentage de familles précaires est en baisse, du fait de l’arrivée de nouvelles familles moins en difficulté. Suite aux travaux, le quartier semble plus propre et ouvert. Le dégagement du paysage et la verdure sont appréciés.

 

Pour certains Teisseire est un quartier « au milieu du gué, éclaté, en ajustement ».Il a beaucoup changé mais reste encore en phase transitoire. Pour d’autres il reste un  "teritoire perdu de la république"

 

 

Les débuts du quartier Teisseire

1964 - Photo Jack Lesage

1964 - Photo Jack Lesage

1964 - Photo Jack Lesage

1964 - Photo Jack Lesage

Début des années 60

Début des années 60

Le  quartier Teisseire dans les années 70

Vue général depuis le Sud de Grenoble

Vue général depuis le Sud de Grenoble

Entée Sud du quartier - début année 70

Entée Sud du quartier - début année 70

En 1972

En 1972

Depuis 2000

En 2008

En 2008

En 2015

En 2015

En 2015

En 2015

En 2015

En 2015

Ecole Groupe Teisseire

Groupe scolaire en 1964

Groupe scolaire en 1964

Groupe scolaire en 1966

Groupe scolaire en 1966

Commentaires

LAURENT gilbert 16/12/2018 18:22

Bravo pour ce dossier, je retrouve toute mon enfance. Je suis au né à l'abbaye en 1947, ma mère y avait emménagé avec ses parents en 1929. en 1958 nous avons démangé pour le 77de l'avenue Jeanne d'Arc

Bioud 18/01/2016 17:12

Bonjour,
Félicitation pour votre site : très bien documenté et agrémenté de documents (photos, plans..) de grande qualité et montrant des aspects qui m'étaient inconnus dans des quartiers que je fréquente pourtant depuis longtemps. Vous serait-il possible de me communiquer un mail pour vous échanger des renseignements sur certaines sources ? : actuellement, j'enquête sur la cité de l'abbaye ( menacée de destruction) aux archives mais certains documents que vous publiez m'étaient inconnus. Par ailleurs je cherche des photos de la rue Léon Jouhaux pour voir des photos de la maison de mes grands-parents aujourd'hui disparue

jean martin 18/01/2016 22:03

Bonjour,
vous pouvez me joindre à l'adresse suivante: marius38600@yahoo.fr
cdlt

theron christian 24/12/2015 19:31

mon quartier de 1959 a1972 quel changement des logements sans confort de la rue d alembert.

jean martin 25/12/2015 00:30

Maintenant, c'est plutot le contraire, rue d'alembert les appartements des vieux immeubles ont été refait à neuf . Quand c'était trop vieux, l'immeuble a été rasé et remplacé par un immeuble tout beau tout neuf. Au prix du metre carré dans St bruno, il n'y a pratiquement plus de taudis. Pour trouver des taudis, il faut aller dans le centre ancien de Fontaine (avenue Aristide Briand , juste apres le pont du tram avec les arcades dans la continuité du cours berriat).