Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

transports en communs : des essais et des brouillons

jean martin
Autobus SAURER

Autobus SAURER

Autobus sur rail (1920-1930)

 

Au début du XXème siècle, la société SAURER transforme un autobus afin qu’il puisse circuler sur rail. Sous le châssis, l’installation d’un vérin de retournement permet à l’arrêt de soulever le véhicule  et en prenant appui sur les rails de changer le sens de conduite du véhicule.

Il circule à l’essai entre 1920 et 1930 sur plusieurs lignes métriques. Trop petit pour une exploitation commerciale, le projet est abandonné.

Autobus SAURER vers l'Ile FALCON (vallée de la Romanche) en 1920

Autobus SAURER vers l'Ile FALCON (vallée de la Romanche) en 1920

Autobus SAURER à coté de la gare de Grenoble en 1920

Autobus SAURER à coté de la gare de Grenoble en 1920

Autobus électrique autonome (1925)

 

L’autobus De Dion Bouton, proche du trolleybus mais se déplaçant de façon autonome sans être dépendant d’un réseau de fils électriques a été présenté à l’exposition internationale de la houille blanche de Grenoble en 1925. Grenoble souhaitait l’expérimenter sur le réseau de transport en commun mais le temps de prendre sa décision, elle se fit doubler par une ville concurrente et le prototype s’envola vers d’autres cieux.

Autobus De Dion Bouton en 1925

Autobus De Dion Bouton en 1925

POMA 2000 (Années 70)

 

Ce projet  a été proposé par la société Pomagalski en vue d’équiper Grenoble d’un système de transport collectif non polluant et silencieux. Entièrement automatique, il est constitué de cabines autonomes de 23 places dont 10 assises. Les cabines se succèdent à des intervalles de 14 secondes ce qui permet un débit de 3800 passagers par heure. L’infrastructure est constituée d’un câble horizontal entre chaque station, dotée chacune d’un quai de 10 mètres et de tapis roulant d’embarquement, et de voies de guidage pouvant être positionnées au sol mais prévues dans Grenoble pour être aériennes.

Au total, 3 lignes avec un trajet de 35Km et 83 stations sont prévues :

  • Sassenage – Pont de Claix via Grenoble  centre et Echirolles (14,5 Km)
  • St Egrève - Meylan via Grenoble centre
  • St Martin d’Hères – Seyssins via Grenoble centre

Cette solution présentait de nombreux inconvénients dont la pollution visuelle dans le centre historique de Grenoble (pour les quartiers modernes comme le Village Olympique ou La Villeneuve, cela ne posait pas de problème) et le coût (25 millions de Francs /Kilomètre en 1974). Par contre, son installation évitait de réfléchir sur le partage de la voirie entre Transports en communs et individuels motorisés.

essai du POMA 2000 à coté du quartier de la Villeneuve vers 1970 sur un petit circuit d'essai

essai du POMA 2000 à coté du quartier de la Villeneuve vers 1970 sur un petit circuit d'essai

Photomontage : installation d'une voie pour le POMA 2000 dans la ville

Photomontage : installation d'une voie pour le POMA 2000 dans la ville

Tramway : les brouillons 

(cartes et schémas issus du livre du TAG au TRAM)

Etude SGTE 1971

Etude SGTE 1971

Etude SOFRETU en 1976

Etude SOFRETU en 1976

Etude SMTC 1982

Etude SMTC 1982

Commentaires