Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Dernier tramway pour Grenoble

jean martin
Le réseau de tramway grenoblois à son apogée en 1932

Le réseau de tramway grenoblois à son apogée en 1932

Apogée et déclin du tramway

Entre 1925 et 1932,, le réseau de tramway grenoblois atteint son apogée. Déjà plus de 30 ans que les tramways appartiennent au paysage grenoblois. La SGTE (Société Grenobloise des tramways électriques) avec ses 103 km de voies ferrés auxquels il faut ajouter les réseaux des VFD (*) et TGC (*) portent la longueur totale du réseau à plus de 200 km. Le nombre de voyageurs transportés reste sans commune avec le tramway actuel ( En 1927, la SGTE transporte 7,2 millions de voyageurs / an contre plus de 20 millions / an pour la ligne A du tramway actuel). Mais le tramway transporte aussi du fret, les colis postaux … et les animaux en direction des abattoirs.

Les 1ères critiques envers le tram concernent le manque d'adaptabilité du réseau face à l'explosion urbaine de l'agglomération grenobloise notamment au sud des remparts (devenus les « grands boulevards »).

 

(*) VFD : Voie ferrées du Dauphiné

     TGC : tramway de Grenoble à Chapareillan (concession rattachée la régie        départementale VFD en 1920)

 

Premières difficultés

Les années 1930 marquent la fin du monopole de tramways. Les 1ers autocars apparaissent sur le bitume. Non soumis à l'obligation de service public et nécessitant moins de personnel et de frais de structure (les rues et les routes sont prises en charge par la collectivité), ils sont plus compétitifs. De plus , l'éclatement du réseaux ferrés en plusieurs opérateurs ne facilitent pas la résistance face à ces nouveaux entrants.

La SGTE, la plus grosse société du réseau ne reste pas sans réagir pour améliorer sa compétitivité:

  • elle modernise le matériel existant et achète de nouvelles voitures mieux adaptées

  • elle installe nouveaux rails sur certaines lignes

  • elle augmente de la vitesse et du nombre de services

  • elle ajuste des tarifs à la baisse.

A partir de 1936, des nouveaux nuages s'accumulent. Le semaine de 40 heures, votée par le Font populaire provoquent une réorganisation des horaires des usines, des magasins et des administrations et les sociétés de tramway doivent s'adapter à ce nouveau contexte.

En 1937, le conseil général de l'Isère décide de ne plus combler le déficit budgétaire du réseau de tramway. Afin d'assainir les finances, toutes les compagnies taillent dans le vif à partir de 1938. La solution adoptée consiste à élaguer les « branches ». Toutes les lignes au-delà de 6 à 8 km du centre ville sont condamnées à être fermées et remplacées par des services d'autocars. Pour la SGTE, plusieurs lignes sont raccourcies :

  • La ligne GVL s'arrête à St Nizier et le tronçon St Nizier-Villard de Lans est desservie par un autocar.

  • Les tronçons Sassenage-Veurey, StEgrêve-Voreppe, Le-Pont-De-Claix-Le Saillant du Gua sont supprimés.

  •    

La guerre et l'occupation

En 1939, le tramway semble sans réel avenir mais la période de disette de la 2ème guerre mondiale va lui accorder un sursis. Le carburant est rationné et le trafic automobile diminue. L'affluence dans les tramways augmente fortement, ce qui conduit la SGTE à renforcer ses services. 

Fin 1944, le matériel roulant est exangue, et, il n'y a plus grand-chose en état de marche. Il ne reste que 10 motrices aptes à rouler, alors que 18 sont nécessaires pour un « service normal de guerre » et 25 pour un service amélioré.

 

Fermetures des dernières lignes de tramway

1946, la guerre est maintenant du passé malgré les destructions et restrictions en tout genre qui pèse sur la France. Pour le tramway grenoblois c'est le début de la fin. La SGTE, après une tentative avortée de modernisation du réseau, s'achemine vers le tout-pneu pour le trafic voyageur ( autobus et trolleybus) . Même chose pour les autres compagnies (VFD et TGC).Le 31 Aout 1952, le dernier tronçon voyageur en service, Grenoble-Sassenage est définitivement fermé.

Après la fermeture de ses dernières lignes, la SGTE tente de revendre son matériel roulant à d'autres compagnies, mais le tramway, est passé de mode en France. Seules trois villes françaises Saint-Étienne (1 ligne)Marseille(1 ligne) et Lille (2 lignes) le verront rouler sans interruption jusqu'à aujourd'hui[.

A l'étranger, pendant de nombreuse années, la ville de Turin (Torino ) en Italie possèdera plus de ligne de tramway en service que la France entière...

Le frêt continuera un temps à circuler sur certaines voies . Le 15 octobre 1955, le dernier convoi de chaux, quitte Sassenage (Etablissement Balthazar et Cotte) . En 1964, le tronçon VFD Vizille- Livet est fermé et démantelé.

Entre 2000 et 2009, le dernier moignon de ligne Jarrie-Vizille est fermé et laissé à l'abandon.

 

 

 

                                                                  --§--§--§--§--§--§--

 

En 1987, 35 ans après sa disparition, le tramway reviendra à Grenoble sous une forme largement modernisée.

Des photos  et des clichés des derniers instants de la 1ère génération du tramway grenoblois

Place Grenette : des années 30 à la fin des années 1940
Place Grenette : des années 30 à la fin des années 1940
Place Grenette : des années 30 à la fin des années 1940
Place Grenette : des années 30 à la fin des années 1940

Place Grenette : des années 30 à la fin des années 1940

Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940
Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940
Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940
Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940
Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940

Rue Felix Poulat : au coté des tramways, on voit apparaitre les premiers bus et trolleybus ainsi que des voitures à la fin des années 1940

Rue de Bonne : sortie sur place Grenette

Rue de Bonne : sortie sur place Grenette

Rue Saint Jacques

Rue Saint Jacques

Square des postes - Place Vaucanson
Square des postes - Place Vaucanson

Square des postes - Place Vaucanson

Place Notre-Dame : pendant l'occupation allemande et juste après-guerre
Place Notre-Dame : pendant l'occupation allemande et juste après-guerre

Place Notre-Dame : pendant l'occupation allemande et juste après-guerre

Place Notre-Dame: Les autobus et trolleybus  ont remplacé les tramways mais les rails sont toujours là

Place Notre-Dame: Les autobus et trolleybus ont remplacé les tramways mais les rails sont toujours là

Les rails ont maintenant disparu

Les rails ont maintenant disparu

Mais depuis 1992, le tramway est revenu sur la place (ligne B du tramway "moderne")

Mais depuis 1992, le tramway est revenu sur la place (ligne B du tramway "moderne")

Cours La Fontaine en 1945: une motrice tirant 2 voitures voyageurs ( manquait-il de motrice "voyageur" juste après_guerre?)

Cours La Fontaine en 1945: une motrice tirant 2 voitures voyageurs ( manquait-il de motrice "voyageur" juste après_guerre?)

Cours Berriat en 1945 : le passage à niveau a disparu au début des années 1960 remplacé par l'estacade

Cours Berriat en 1945 : le passage à niveau a disparu au début des années 1960 remplacé par l'estacade

Cours Berriat en 1945 ( juste avant le pont sur le Drac) : une motrice avec du frêt de marchandises

Cours Berriat en 1945 ( juste avant le pont sur le Drac) : une motrice avec du frêt de marchandises

1951 ; dernier tramway pour La Monta ( Saint-Egrève - banlieue Nord de Grenoble)

1951 ; dernier tramway pour La Monta ( Saint-Egrève - banlieue Nord de Grenoble)

Le tramway a tiré sa révérence et les rails sont arrachés sur le Bd Agutte Semba

Le tramway a tiré sa révérence et les rails sont arrachés sur le Bd Agutte Semba

Même chose sur l'avenue Felix Viallet

Même chose sur l'avenue Felix Viallet

Mais en 1987, il est revenu sous une forme largement modernisée ( Ici cliché de 1989 d'un TFC entre maison du tourisme et place de Verdun

Mais en 1987, il est revenu sous une forme largement modernisée ( Ici cliché de 1989 d'un TFC entre maison du tourisme et place de Verdun

Un tramway orange de TURIN (TORINO) et son intérieur type ( pas de banquettes et peu de places assises). Avec son look et son intérieur "rétro", il fait un peu dépassé par rapport à nos TFC et CITADIS. Mais cela fait beaucoup plus longtemps qu'il roule
Un tramway orange de TURIN (TORINO) et son intérieur type ( pas de banquettes et peu de places assises). Avec son look et son intérieur "rétro", il fait un peu dépassé par rapport à nos TFC et CITADIS. Mais cela fait beaucoup plus longtemps qu'il roule

Un tramway orange de TURIN (TORINO) et son intérieur type ( pas de banquettes et peu de places assises). Avec son look et son intérieur "rétro", il fait un peu dépassé par rapport à nos TFC et CITADIS. Mais cela fait beaucoup plus longtemps qu'il roule

Commentaires