Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Grenoble - Restauration et second empire (1815-1870)

jean martin

 

1815, la tentative de retour de l'empire napoléonien a fait long-feu et les Cent-jours ont pris fin. Napoléon 1er abdique définitivement et l'ancienne monarchie est rétablie.

Extension de Grenoble en 1840. Dans la Vieille ville, les rues sont toutes tordues. Dans l'extension , toutes les voies sont droites et tirées au cordeau

Extension de Grenoble en 1840. Dans la Vieille ville, les rues sont toutes tordues. Dans l'extension , toutes les voies sont droites et tirées au cordeau

De Bonaparte à Bonaparte

Au début du XIXéme siècle, Grenoble n' est qu'une petite ville enserrée par des fortifications datant des XVIème et XVIIème siècles. Elle n'est pas trés étendue et en dehors de quelques hôtels particuliers , ne possède pas de beaux quartiers . L'urbanisation en dehors des remparts comporte 2 faubourgs ( Saint Joseph et Très-Cloitre), ilôts de petites maisons situées le long des chemins desservant le Sud de la cuvette grenobloise en direction d'Eybens et Echirolles.

 

Après 25 ans d' instabilité politique chronique, Grenoble n'est plus qu'une ville de province sans grand dynamisme. Elle reste la préfecture du département de l'Isère un des territoires issus du nouveau découpage administratif ayant remplacé l'ancienne province du Dauphiné. Et encore , il s'en est fallu de peu que Moirans prenne sa place. L'économie ne va guère mieux. La principale industrie , la ganterie, qui occupe un tiers des habitants et toutes ses activités satellites (mégisserie...) ont été largement affectés par les guerres et se remettent lentement. La prise de Grenoble par les armées Autrichiennes en 1815 après une résistance acharnée de ses habitants et l'occupation militaire qui en a suivie a été jalonné d'exactions contre la population civile.

 

Jusqu'en 1850, la situation de Grenoble évolue peu. Depuis le 17ème siècle, la courbe de croissance de la population grenobloise ne s'est guère affolée et celle-ci atteint péniblement 27000 habitants en 1840. L'occupation de Grenoble par les armées Autrichiennes en 1815 a confirmé que les remparts ne sont plus assez efficaces pour protéger la ville. Dès 1820, l’armée envisage de construire de nouvelles fortifications, en reprenant celles existantes de la Bastille (Saint-Laurent, le Rabot) et en élargissant leurs périmètres .

 

Sous la férule du Général Haxo le "Vauban" du XIXème siècle, les remparts sont poussés vers le Sud et la surface urbanisée de Grenoble double. La forteresse grenobloise intègre les 2 faubourgs St Joseph et Très-Cloitre et à partir du second empire la nouvelle ville administrative qui occupe ce nouvel espace libre. Rues larges et rectilignes, tirées au cordeau , installation de nombreux bâtiments administratifs et militaires (préfecture , école d'artillerie, siège d'état major militaire, musée bibliothèque), ce nouveau quartier d'inspiration architecturale hausmannienne devient le nouvel eldorado de la bourgeoisie grenobloise en pleine ascension.

 

Le pont sur le Drac entre le futur cours Berriat et Fontaine, construit en 1826-27 permet l'érection de nouveaux quartiers à l'ouest des remparts. Bien qu'isolés du reste de la ville , l'arrivée du chemin de fer et la création de la gare en 1858 facilite leur croissance démographique en accueillant de nombreux ouvriers et industries .

 

En 1850, les derniers rois français ont plié bagages ( Louis XVIII 1816-24, Charles X 1824-30, Louis-Philippe 1830-48). La IIème république,proclamée en 1848 est en train de se déliter face au pouvoir grandissant de Louis-Napoléon Bonaparte couronné Napoléon III en 1852 empereur des français. Sous sa férule autoritaire (et même autocratique jusqu'au milieu des années 1860), la France fait un bond en avant et Grenoble suit le mouvement.

 

1850, c'est aussi le début du grand virage pour l'économie grenobloise,. Initialement concentré sur une multitude d'artisans et de petites entreprises ,l'économie grenobloise s'industrialise. La bourgeoisie industrielle prend conscience de sa puissance financière et le peuple de son nombre et de sa force. Mais c'est au cours de l'année 1869, avec l'invention de la houille blanche que le destin de Grenoble va basculer.

 

Vers 1862, le territoire de la commune s'agrandit grâce au rattachement des territoires de Fontaine et Seyssins situés dans les quartiers actuels de Choriet-Berriat-St Bruno et des eaux-claires.

 

 

La vieille ville au XIXème siècle

Place Grenette début XIXème siècle

Place Grenette début XIXème siècle

Place Grenette entre 1860 et 1870

Place Grenette entre 1860 et 1870

Place St-André

Place St-André

Eglise St-André

Eglise St-André

Palais de justice (aujourd'hui désaffecté) sur la place St-André

Palais de justice (aujourd'hui désaffecté) sur la place St-André

A la limite de la vieille ville

La Bastille depuis le chemin menant à la gare

La Bastille depuis le chemin menant à la gare

Place devant la gare de chemin de fer (entre 1858 et 1870)

Place devant la gare de chemin de fer (entre 1858 et 1870)

Vue du quartier St Lauren( rive droite ) depuis rive gauche de l'Isère (Quartier Ile verte)

Vue du quartier St Lauren( rive droite ) depuis rive gauche de l'Isère (Quartier Ile verte)

Petit séminaire du Rondeau (devenu lycére Vaucanson). A cette époque , il était situé en rase campagne

Petit séminaire du Rondeau (devenu lycére Vaucanson). A cette époque , il était situé en rase campagne

intérieur du musée bibliothèque de la place de Verdun

intérieur du musée bibliothèque de la place de Verdun

Moulin dans faubourg St Joseph

Moulin dans faubourg St Joseph

Portes et remparts

Porte Crequi

Porte Crequi

Porte de Bonne

Porte de Bonne

Porte très-Cloitre

Porte très-Cloitre

Portede France avant création du pontde franchissement de l'Isère

Portede France avant création du pontde franchissement de l'Isère

rempart avant démolition et massif de la Bastille à l'arrière plan

rempart avant démolition et massif de la Bastille à l'arrière plan

Quais et port de l'Isère

Quai sur l'Isère début XIXème siècle

Quai sur l'Isère début XIXème siècle

Quai sur l'Isère début XIXème siècle

Quai sur l'Isère début XIXème siècle

Port de Grenoble - milieu du XIXème siècle

Port de Grenoble - milieu du XIXème siècle

quai de la Graille- milieu du XIXème siècle

quai de la Graille- milieu du XIXème siècle

Qyuai Brosse - milieu du XIXème siècle

Qyuai Brosse - milieu du XIXème siècle

Quai sur l'Isère-2 - milieu du XIXème siècle

Quai sur l'Isère-2 - milieu du XIXème siècle

Pont sur l'Isère

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle  (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle  (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle  (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle  (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont en bois entre centre et quartier St Laurent - début XIX siècle (Bibliothèque municipale de Grenoble)

Pont suspendu (1837) toujours existant

Pont suspendu (1837) toujours existant

Pont en pierre Marius Gontard - milieu XIXème siècle - toujours existant

Pont en pierre Marius Gontard - milieu XIXème siècle - toujours existant

Pont en pierre Marius Gontard entre centre et quartier St Laurent -milieu XIX siècle  (Bibliothèque municipale de Grenoble).  transport fluvial de billots de bois

Pont en pierre Marius Gontard entre centre et quartier St Laurent -milieu XIX siècle (Bibliothèque municipale de Grenoble). transport fluvial de billots de bois

En dehors de la ville 

Au bord de l'Isère (rive gauch) face à la port de France. A l'extrême droite, porte Créqui

Au bord de l'Isère (rive gauch) face à la port de France. A l'extrême droite, porte Créqui

Ferme du Chatelet (1827) . C'était la rase campagne au début du XIXème siècle

Ferme du Chatelet (1827) . C'était la rase campagne au début du XIXème siècle

La buisserate à St martin le vinoux - Aujourd'hui un quartier "sensible"

La buisserate à St martin le vinoux - Aujourd'hui un quartier "sensible"

Grenoble depuis Sassenage (1830)

Grenoble depuis Sassenage (1830)

Le soulèvement de Didier: derniers feux du bonapartisme

      Didier, petit notable grenoblois ayant connu un parcours en zigzag, député de l'assemblée de Vizille en 1788, avocat d'affaire puis directeur de l'école de droit de Grenoble avant d 'être relevé de ses fonction pour cause de spéculations malheureuses puis membre du conseil d'état sous Louis XVIII prétendait rendre le pouvoir aux Bonaparte en installant l'aiglon, fils de Napoléon sur le trône.

 

Les mécontents sont nombreux après la restauration de la monarchie. Dans la nuit du 4 et 5 Mai 1816 des bandes armées composés de paysans et de soldats licenciés venant du sud de Grenoble (La Mure, Bourg D'Oisans, Vizille) marchent et convergent sur Grenoble. Les insurgés sont arrêtés devant la port de Bonne et taillés en pièces par les forces de la légion de l'Isère, fidèles à la monarchie.

 

Didier s'enfuit en Savoie mais trahi et livré par 2 de ses compagnons.Il est condamné à mort en compagnie de 24 de ses partisans le 10 Juin 1816. La cruelle répression de ce soulevement laisse des traces et ce sont les libéraux qui remportent les élections (censitaire) de 1819 dans la région.

 

L'idée d'une marche contre le régime en place sera reprise un siècle plus tard en 1922 par les fascistes italiens avec le succès que l'on connait. Cette marche sur Rome sera le préalable de la mainmise de l'Italie par Mussolini pendant 20 ans .

 

 

 


 

Commentaires