Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Grenoble libérée (1944-45)

jean martin
Libération de la France en 1944

Libération de la France en 1944

Libération de Grenoble

 

Le 15 août 1944, les troupes alliées ont débarqués en Provence. Aidée par la Résistance, l'armée américaine rejoint Grenoble en seulement sept jours au lieu des trois mois prévus. Grenoble est libérée sans combat le 22 août. Les Allemands qui le mois précédent comptait 15 000 hommes équipés de blindés, avions, canons, mortiers ont évacué la ville pendant la nuit.

 

Les maquis qui contrôlent dépuis le 21 Aout la périphérie , entrent dans Grenoble à l'aube du 22. Dans l'après midi, un bataillon motorisé américain renforcé de maquisards affronte des allemands à Le Pont de Claix puis entre dans Grenoble. Mais les combats ne sont pas terminés. Des obus tombent sur la ville, tirés depuis Gières et Domène. Le 24 août, américains, maquisards et jeunes grenoblois ayant récupéré des armes abandonnées par les allemands donnent l'assaut, s'emparent des batteries d'artillerie et font 400 prisonniers. C'est deux jours plus tard qu'au Polygone ; chemin des Buttes (renommé rue des Martyrs) que 2 charniers sont découverts.,En juillet la Gestapo y avait fusillé 48 personnes,

 

Grenoble libérée compte ses morts : 840 fusillés, plus de 2000 hommes tués au combat et autant de disparus, 1150 déportés dont la moitié ne reviendront pas.

Grenoble libérée (1944-45)
Arrivée des maquisards par la route de Lyon  (Nord de Grenoble)

Arrivée des maquisards par la route de Lyon (Nord de Grenoble)

Les maquisards sur le cours Berriat

Les maquisards sur le cours Berriat

Arrivée des maquisards par le cours St André à Le Pont De Claix (Sud de Grenoble)

Arrivée des maquisards par le cours St André à Le Pont De Claix (Sud de Grenoble)

Maquisards croisement Bd Gambetta - Avenue Alsace Lorraine

Maquisards croisement Bd Gambetta - Avenue Alsace Lorraine

Entrée des américains par le cours St André à Le Pont De Claix

Entrée des américains par le cours St André à Le Pont De Claix

Entrée des américains par le cours St André à Le Pont De Claix

Entrée des américains par le cours St André à Le Pont De Claix

Arrivée des américains sur le cours Jean Jaurès

Arrivée des américains sur le cours Jean Jaurès

Char américain sur le cours Jean Jaurès

Char américain sur le cours Jean Jaurès

camion de l'armée américaine dans le centre de Grenoble

camion de l'armée américaine dans le centre de Grenoble

jeep américaine sur la place de la bastille

jeep américaine sur la place de la bastille

Grenoblois en liesse (rue Felix Poulat - Eglise St Louis)

Grenoblois en liesse (rue Felix Poulat - Eglise St Louis)

Grenobloises en liesse (place Grenette)

Grenobloises en liesse (place Grenette)

Grenoblois en liesse

Grenoblois en liesse

Grenoblois en liesse (cours Jean Jaurès)

Grenoblois en liesse (cours Jean Jaurès)

Grenoble libérée (1944-45)

Repli des allemands en Italie

 

Les troupes allemandes se replient en direction de l'Italie en passant par le Grésivaudan, la combe de Savoie , le val Gelon et la vallée de la Maurienne.

les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) l'AS (Armée Secrète) et les FTPF (Francs Tireurs Partisans Français) progressent rapidement en direction de la Savoie et harcèlent les forces Allemandes qui battent en retraite à travers la vallée de la Maurienne. Dès le 24 août 1944, les alliés atteignent Montmélian, puis Saint Pierre d'Albigny et enfin l'entrée de la Maurienne : l(confluent Arc -Isère).Les maquis de la Maurienne reçoivent l'ordre de leur prêter main forte en attaquant les convois allemands qui fuient vers l'Italie. 65 hommes venus de Grenoble équipés de mortiers américains appuyé par 'un bataillon de Tirailleurs marocains sont envoyés pour les aider.

Les éléments de l'armée allemande remontent difficilement cette vallée sinueuse et étroite par la RN6 et les quelques axes routiers secondaires. Le chemin de fer ne fonctionne plus suite aux destructions des installations de distribution de courant de traction et aux sabotages des voies. Les accrochages sont très nombreux . les Allemands. répliquent par de nombreuses représailles envers la population et par la destruction de villages et des nombreuses usines de la vallée. Ce sont plusieurs compagnies de troupes d'élite de l'armée allemande (Afrika Korps, S.S. et Génie) arrivées en renfort depuis l'Italie qui accomplissent ces destructions et atrocités pour couvrir lla retraite allemande.

 

Exemple de destruction à Grenoble : Les allemands font sauter le pont du Vercors Qui enjambe de Drac entre Grenoble et Fontaine

Exemple de destruction à Grenoble : Les allemands font sauter le pont du Vercors Qui enjambe de Drac entre Grenoble et Fontaine

 les allemands font aussi sauter le pont aux arches sur le Drac entre Grenoble et Fontaine à 200 mètres du premier

les allemands font aussi sauter le pont aux arches sur le Drac entre Grenoble et Fontaine à 200 mètres du premier

Le même pont en 1943 avant destruction. Il est en 2021 dans cet état là remis à neuf après la guerre

Le même pont en 1943 avant destruction. Il est en 2021 dans cet état là remis à neuf après la guerre

Une automitrailleuse allemande détruite Vers Domène (15 Km de Grenoble en direction de Chambéry)

Une automitrailleuse allemande détruite Vers Domène (15 Km de Grenoble en direction de Chambéry)

Repli allemand en direction de l'Italie

Repli allemand en direction de l'Italie

Destruction allemande à St Michel de Maurienne petite ville à 50 km du col du Mont Cenis et 120 kmde Grenoble

Destruction allemande à St Michel de Maurienne petite ville à 50 km du col du Mont Cenis et 120 kmde Grenoble

Destruction allemande à St Michel de Maurienne

Destruction allemande à St Michel de Maurienne

Destruction de Bessans , village de Haute Maurienne

Destruction de Bessans , village de Haute Maurienne

troupes marocains ayant aidés à la libération de la région . Ici, défilé de la 4ème division de montagne marocaine en Septembre 1944

troupes marocains ayant aidés à la libération de la région . Ici, défilé de la 4ème division de montagne marocaine en Septembre 1944

Ultimes combats

Le front entre les alliés et les forces de l'axe (allemands et république sociale italienne se stabilise pendant 8 mois en Haute-Maurienne, La Savoie étant un front secondaire dans la bataille finale contre l'axe, les partisans reçoivent peu d'aide et Les Allemands occupent les cols alpins jusqu'au 25 avril 1945. Le 26, les Alpes-Maritimes sont entièrement libérées. Les troupes Françaises passent les cols, franchissent la frontière italienne et descendent dans les vallées italiennes. Ils avancent vers  Turin mais ils sont stoppés sur ordre du commandement américain. Le 29 avril, les dernières poches de résistance allemande dans les Alpes françaises, près du col du Petit-Saint-Bernard capitulent

chasseurs alpins sur le front des Alpes pendant l'hiver 1944-1945

chasseurs alpins sur le front des Alpes pendant l'hiver 1944-1945

chasseurs alpins sur le front des Alpes pendant l'hiver 1944-1945

chasseurs alpins sur le front des Alpes pendant l'hiver 1944-1945

Les fronts en Janvier 1945

Les fronts en Janvier 1945

Préparation d'un coup de main le 28 Février 1945 au chalet de la Vacherie du Bas en Haute Tarentaise

Préparation d'un coup de main le 28 Février 1945 au chalet de la Vacherie du Bas en Haute Tarentaise

Les chasseurs alpins à Ceres , val di Lanzo (Italie)

Les chasseurs alpins à Ceres , val di Lanzo (Italie)

Les chasseurs alpins à Courmayeur, Vallée d'Aoste (Italie)

Les chasseurs alpins à Courmayeur, Vallée d'Aoste (Italie)

Visite du Général De Gaulle

Le 5 novembre 1944, le général de Gaulle remet la Croix de la Libération à Grenoble. Sept grenoblois sont aussi faits compagnon de la Libération. Grenoble est également décorée de la Croix de guerre 39-45 avec palme.

Grenoble libérée (1944-45)
Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble place de la Bastille

Le général De Gaulle à Grenoble croisement bd Gambetta - Gds Boulevards

Le général De Gaulle à Grenoble croisement bd Gambetta - Gds Boulevards

Le général De Gaulle à Grenoble devant la maison des étudiants sur les grands Boulevards

Le général De Gaulle à Grenoble devant la maison des étudiants sur les grands Boulevards

Remise de médaille à Eugène Chavant , grand résistant

Remise de médaille à Eugène Chavant , grand résistant

La fin de la milice

Le 9 août 1944, la milice est dissoute par le gouvernement provisoire de la République.Environ 2 500 miliciens et leurs familles prennent le chemin de l’Allemagne et l’Italie. Les miliciens restés en France sont les cibles privilégiées de l’épuration spontanée ouépuration sauvage” que pratiquent les FFI aux cours des combats de la Libération. De nombreux miliciens sont exécutés sommairement, parfois en groupe. C’est ainsi qu’à la fin août 1944, au Grand Bornand (Haute-Savoie), 77 miliciens sont exécutés après un jugement expéditif. L’épuration légale organisée par le gouvernement provisoire condamne aussi de nombreux miliciens à la peine de mort, à la prison ou aux travaux forcés.

 

A Grenoble,le 22 septembre 1944. Six miliciens sur les dix qui sont aux mains de la Résistance suite au coup de main exécuté en Juin 1944 par la compagnie du capitaine Stéphane ,sont condamnés à mort par une cour martiale et fusillés le jour même. Mais les avis sont partagés. La population réclamait le châtiment mais des résistants se refusaient à cette extrémité.. Première exécution légale de la Libération, celle de Grenoble s’inscrit toutefois à la lisière de l’épuration extrajudiciaire et judiciaire. Le choix du cours Berriat à Grenoble ne doit rien au hasard puisqu’en Août 1944, les Allemands y ont fusillé 23 patriotes. L’exécution des collaborateurs en ce lieu relève d’une volonté de réappropriation et de purification de l’espace local.

 

Execution des 6 miliciens au bord des établissement Bouchayer Viallet dans le quartier Berriat

Execution des 6 miliciens au bord des établissement Bouchayer Viallet dans le quartier Berriat

Un collaborateur arrêté rue de Strasbourg en Août 1944

Un collaborateur arrêté rue de Strasbourg en Août 1944

square des fusillés en Août 1944 avant l'installation du monument en souvenir des patriotes assassinées par l'armée allemande

square des fusillés en Août 1944 avant l'installation du monument en souvenir des patriotes assassinées par l'armée allemande

Commentaires

B
Les photos sont criantes de vérité, je viens d' observer la photo de la libération, sur la place Gustave Rivet. Si l' immeuble Gambetta Rivet de 1936 est habité, en revanche je constate que la 2 eme tranche de l' immeuble Gambetta Belledonne( Architecte Felix Bardel ), n' est pas complètement fini, on voit la foule assise sur la palissade protégeant l' immeuble, où se trouve à l' endroit exact, le bar " LE BEAULIEU ". Malgré cette palissade, je me demande si cette palissade pouvait être ouverte, en cas de force majeure: Vu que l' immeuble, bien que non fini à ce moment là, les caves de cet immeuble étaient terminées, et pouvaient être ouvertes au public, pour servir comme abri en cas d' alerte. Felix Bardel a été dans l' obligation de prévoir des sous sols aménageables en abris, tout comme les architectes Albert TEILLAUD sur les immeubles entre le cours Jean Jaures et les Boulevards.<br /> Par exemple, lors des explosions des casernes de Bonne, ces caves de ces immeubles étaient aménagées en abris.
Répondre
W
Cette libération de Grenoble est très bien restituée dans son contexte , à la fois de joie, de peur et de mort. Ma mère a assisté au passage des américains rue Montorge et elle est sur la photp plus haut. Encore une fois un excellent reportage.
Répondre