Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GRENOBLE - la ville et sa région Plans, photos et images

Quartiers Sud-Ouest de Grenoble: Le Rondeau, Les Eaux-Claires et Mistral

jean martin
Plan de 1956: de gauche à droite Les Eaux-Claires, Mistral  (à la place de la cité du Rondeau) et Le Rondeau

Plan de 1956: de gauche à droite Les Eaux-Claires, Mistral (à la place de la cité du Rondeau) et Le Rondeau

Jusqu'au début du XXème siècle , ces 3 quartiers étaient une immense zone dédiée au travail agricole 

Le Sud-Ouest grenoblois au temps des champs

Le Sud-Ouest grenoblois au temps des champs

Quartier du Rondeau

 

Au milieu du XIXème siècle, la ville de Grenoble fit acheminer les eaux des sources appelées « Rondeau » près du Drac dans une citerne située sur le rond point (renommé rond point du Rondeau) sur le cours de la Libération (aujourd'hui remplacé par le pont qui enjambe la rocade Sud de Grenoble). Par extension tout le quartier aux alentours prit le nom du Rondeau.

 

Limitophe au Nord de la ville d'Echirolles, au Sud du quartier des eaux-Claires, à l'Est le quartier Mistral et le cours de la libération-Jean Jaurès à l'Ouest , ce quartier est plutôt un puzzle assemblant des éléments très divers :

 

  • Une zone industrielle (TechniSud) recouvrant une grande partie de l'ancienne usine de la Viscose ( fermée en 1989)

 

  • Un vaste parc (Parc des champs Elysées, environ 12Ha) et son extension sportive : le stade Bachelard

 

  • Le stade Lesdiguières : le fief du FCG le club de Rugby grenoblois

 

  • Tout un ensemble de lycées scolaires (Lycée Louise Michel, Lycée Vaucanson, Hotel Lesdiguières)

 

  • Quelques zones pavillonnaires isolées et de belles barres et tours des années 60-70.

 

2 artères qui assurent un lien entre tous ces morceaux disparâtres :

  • le cours de la Libération du descend le quartier du Nord au Sud

 

  • L'avenue Albert Reynier qui part du Drac vers les quartiers Sud-est de Grenoble

Plan du quartier en 1969

Plan du quartier en 1969

Quartier du Rondeau  entre 1930 et 1950. L'endroit a bien changé. Au 1er plan, le cours Jean Jaurès.

Quartier du Rondeau entre 1930 et 1950. L'endroit a bien changé. Au 1er plan, le cours Jean Jaurès.

Petit séminaire du Rondeau

Fondé en 1812,le petit séminaire de Grenoble, est installé quai Perrière (centre ville – bord de l'Isère), à Grenoble, sur les flancs de la Bastille. Ce batiment etant devenant trop exigu, il déménagea en 1821 à l'hotel de Franquière, toujours à Grenoble, mais sur l'autre rive de l'Isère.Si les élèves étaient moins à l'étroit, les petites cours du bâtiment ne convenaient pas aux 400 pensionnaires.

En 1826, l'évêque de Grenoble de l'époque acheta au sud de Grenoble,  sur les bord du Drac, au lieu-dit Le Rondeau, une propriété permettant aux élèves du petit séminaire de profiter de la campagne. Dès 1828, Les élèves emménagèrent dans ce nouveau cadre de vie.

Le 20 décembre 1906, suite à l'adoption des  lois de Séparation Eglise-Etat et des lois anti-congrégationnistes, les élèves du petit séminaire furent expulsés des lieux ainsi que leurs professeurs qui étaient des prêtres. A partir de 1908, c'est dans l'ancien couvent de Montfleury que se poursuit l'histoire du petit séminaire

Petit séminaire du Rondeau
Petit séminaire du Rondeau
Petit séminaire du Rondeau

Petit séminaire du Rondeau

Moulin du RONDEAU

Moulin du Rondeau ( à cause des sources ?)

Moulin du Rondeau ( à cause des sources ?)

Lycée Vaucanson

Fondé en 1836 par Sulpice Hauquelin (1813-1893) dans la rue qui porte son nom ( à l'emplacement de la MJC des Allobroges) sous le nom d'école professionnelle. Elle a pris le nom de Vaucanson en 1876.A l'étroit dans le centre-ville , elle a migré dans les locaux du petit séminaire du Rondeau en 1922 puis est devenu le lycée Vaucanson

Plan du lycée

Plan du lycée

Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)
Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)
Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)
Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)
Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)

Différents bâtiments du lycée dont la chapelle (dernière photo)

  Lycée Louise Michel

Lycée Louise Michel dans les années 1960

Lycée Louise Michel dans les années 1960

  Ecole Libération

groupe scolaire de l'école primaire situé entre le cours de la libération et la voie SNCF 

Ecole libération dans les années 1960

Ecole libération dans les années 1960

Enseignement catholique

Un collège (SION) et une école primaire (St Pierre du Rondeau) sont présents dans le quartier entre l'église stPierre du Rondeau et le lycée Louise Michel

Entrée Collège SION

Entrée Collège SION

Hotel Lesdiguières 

Ancien hôtel devenu école hôtelière en 1916 par arrété ministériel. Il était entouré d'un parc de 20Ha avec rivière, étang et courts de tennis.

Plan de l'hôtel et de ses alentours  (début du XXème siècle)

Plan de l'hôtel et de ses alentours (début du XXème siècle)

Le parc et l'étang autour de l'hôtel

Le parc et l'étang autour de l'hôtel

Les cours de tennis de l'hotel Lesdiguières  (entre 1920 et 1930)
Les cours de tennis de l'hotel Lesdiguières  (entre 1920 et 1930)

Les cours de tennis de l'hotel Lesdiguières (entre 1920 et 1930)

L'hôtel au fil des années
L'hôtel au fil des années
L'hôtel au fil des années
L'hôtel au fil des années

L'hôtel au fil des années

Vue depuis l'hotel des environs : encore la campagne au début du XXème siècle

Vue depuis l'hotel des environs : encore la campagne au début du XXème siècle

Usine Viscose

Elle a commencé son activité en 1927 et a été fermée en 1989. Elle fabriquait du fil de soie artificielle et a compté jusqu'à plus de 2000 ouvriers ( pendant la seconde guerre mondiale). Ses bâtiments ont été rasés et le lieu a été reconverti en zone industrielle ( TechniSud) et en agrandissement d'un parc existant (Parc des champs Elysées). Un musée, situé à Echirolles conserve la mémoire de ce monde ouvrier disparu.

Vue générale depuis Seyssins (rive gauche du Drac) - er plan  à gauche l'usine à droite la cité de la Viscose à Echirolles

Vue générale depuis Seyssins (rive gauche du Drac) - er plan à gauche l'usine à droite la cité de la Viscose à Echirolles

Vue du Rondeau et de l'Est de Grenoble depuis le toit de l'usine.

Vue du Rondeau et de l'Est de Grenoble depuis le toit de l'usine.

La Viscose en activité (vue aérienne, vue depuis le Sud, sortie Sud de l'usine, , les immeubles de bureau
La Viscose en activité (vue aérienne, vue depuis le Sud, sortie Sud de l'usine, , les immeubles de bureau
La Viscose en activité (vue aérienne, vue depuis le Sud, sortie Sud de l'usine, , les immeubles de bureau
La Viscose en activité (vue aérienne, vue depuis le Sud, sortie Sud de l'usine, , les immeubles de bureau

La Viscose en activité (vue aérienne, vue depuis le Sud, sortie Sud de l'usine, , les immeubles de bureau

La destruction de la Viscose
La destruction de la Viscose

La destruction de la Viscose

2015: Entrée de TechniSud, la zone d'activités industrielles qui a remplacé la Viscose. La rangée d'arbres était déjà existante à l'époque de l'usine

2015: Entrée de TechniSud, la zone d'activités industrielles qui a remplacé la Viscose. La rangée d'arbres était déjà existante à l'époque de l'usine

Une belle maison , vestige du passé à la limite de la ZI technisud et du carrefour du Rondeau

Une belle maison , vestige du passé à la limite de la ZI technisud et du carrefour du Rondeau

Il existait une voie de chemin de fer partant de la rotonde du quartier Berriat , passant le long du Drac et rejoignant  l'usine

Il existait une voie de chemin de fer partant de la rotonde du quartier Berriat , passant le long du Drac et rejoignant l'usine

une loco et son personnel

une loco et son personnel

stade Bachelard 

Nom issu de Bachelard de Monval, 1er propriétaire des lieux.

Propriété de la société immobilière des champs-élysées ( liée aux établissement Bouchayer-Viallet)Le stade fut un hyppodrome (début du Xxème siècle - fermé en 1932) avant de devenir un ensemble sportif.

Dès 1936 la ville souhaitait racheter l'ensemble pour le transformer en parc de la jeunesse et des sports. Ce fut concrétisé après la 2ème guerre mondiale.

Début XXème siècle : c'était un hyppodrome
Début XXème siècle : c'était un hyppodrome

Début XXème siècle : c'était un hyppodrome

Puis c'est devenu un stade à vocation purement locale

Puis c'est devenu un stade à vocation purement locale

Parc des champs Elysées 

Attenant au stade, il a été créé entre 1950 et 1960 sur des terrains appartenant à la société immobilière des champs-élysée.Il a été agrandi en 2000 après 5 ans de travaux sous forme de chantier d'insertion lors de la destruction de l'usine Viscose. Les procédures écologiques sont mise en avant pour la gestion du parc ( par exemple , pas d'utilisation d'herbicide pour gerer les champs et les pelouses)

Plan du parc

Plan du parc

Partie Nord du parc avec son "lagon"
Partie Nord du parc avec son "lagon"
Partie Nord du parc avec son "lagon"

Partie Nord du parc avec son "lagon"

Extension Sud du parc avec sa partie boisée et ses parcelles de jardins individuels (une quarantaine), un petit air de campagne miniature (quelques Ha)
Extension Sud du parc avec sa partie boisée et ses parcelles de jardins individuels (une quarantaine), un petit air de campagne miniature (quelques Ha)
Extension Sud du parc avec sa partie boisée et ses parcelles de jardins individuels (une quarantaine), un petit air de campagne miniature (quelques Ha)

Extension Sud du parc avec sa partie boisée et ses parcelles de jardins individuels (une quarantaine), un petit air de campagne miniature (quelques Ha)

Mais la ville n'est jamais très loin.(résidence Lesdiguières)...

Mais la ville n'est jamais très loin.(résidence Lesdiguières)...

 Lotissement des champs-élysées

Il a été créé en 1938 par la société du même nom qui possèdait également le terrain du le parc. Situé entre l"église St pierre du Rondeau et le  quartier Paul Mistral ( voir plan situant l'hotel Lesdiguières) il est composé d'une cinquantaine de pavillons sans grand charme.

Exemple de 3 maisons situées avenue Beaumarchais -avenue Ronsard

Exemple de 3 maisons situées avenue Beaumarchais -avenue Ronsard

Une des rares maisons stylée à coté du parc de lm'hotel Lesdiguières

Une des rares maisons stylée à coté du parc de lm'hotel Lesdiguières

Stade Lesdiguières 

Jadis un simple stade de quartier, il est devenu au milieu des années 80 le stade du club de rugby local , le FCG ( football club de Grenoble!) en absorbant le camping qui y était attenant. Celui-ci a été déménagé sur la commune de Seyssins dans la banlieue grenobloise

 

Au temps du camping. Aujourd'hui, c'est direction Seyssins de l'autre coté du Drac et c'est le seul camping dans l'agglomération

Au temps du camping. Aujourd'hui, c'est direction Seyssins de l'autre coté du Drac et c'est le seul camping dans l'agglomération

Eglise Saint-Pierre du Rondeau

Eglise du quartier de construction moderne , édifiée après la 2ème guerre mondiale

Toute plate avec un clocher pointu qui dépasse

Toute plate avec un clocher pointu qui dépasse

La rue d'à coté, direction le lycée Louise Michel ( qui jouxte le lycée Vaucanson)

La rue d'à coté, direction le lycée Louise Michel ( qui jouxte le lycée Vaucanson)

Juste en face de l'église le terminus de la ligne E du tramway grenoblois (l manque encore 4 ou 5 Km de rail pour aller jusqu'au bout du cours de la libération - Jean Jaurès ou Saint André (8,2 Km en ligne droite)

Juste en face de l'église le terminus de la ligne E du tramway grenoblois (l manque encore 4 ou 5 Km de rail pour aller jusqu'au bout du cours de la libération - Jean Jaurès ou Saint André (8,2 Km en ligne droite)

Le Rond-point du Rondeau 

aujourd'hui disparu, il a été remplacé par un échangeur entre le cours de la Libération et la rocade Sud (le bout de périph' grenoblois)

Au temps des diligences..... (XVIIIème siècle ou avant...)

Au temps des diligences..... (XVIIIème siècle ou avant...)

A l'époque du tramway Grenoble-Le Pont De Claix) Début XXème siècle

A l'époque du tramway Grenoble-Le Pont De Claix) Début XXème siècle

Aujourd'hui avec les bagnoles ( Hiver 2015-2016)

Aujourd'hui avec les bagnoles ( Hiver 2015-2016)

Vue aérienne du carrefour du Rondeau  -dessous la rocade sud ( A gauche : Echirolles / A droite Grenoble -Quartier du Rondeau)

Vue aérienne du carrefour du Rondeau -dessous la rocade sud ( A gauche : Echirolles / A droite Grenoble -Quartier du Rondeau)

Vue de l'autoroute en direction de l'échangeur autoroutier du Rondeau

Vue de l'autoroute en direction de l'échangeur autoroutier du Rondeau

L'histoire des Jeux Olympiques du Rondeau (1832 -1954)

 

La première édition des jeux Olympiques renaissants eut lieu en 1896, mais l'idée de rassemblements sportifs est plus ancienne, ainsi que les notions « jeux Olympiques modernes » et de l'adjectif « olympique ». Les premiers « jeux Olympiques » se tiennent au petit séminaire du Rondeau,qui forme de futurs ecclésiastiques avec une approche originale : les études théologiques sont associées à l'éducation physique.

 

Le 2 février 1832 est établie la Charte des jeux Olympiques du Rondeau, qui indique notamment qu'il « est institué dans le petit séminaire de Grenoble une fête qui sera appelée « promenade olympique », en mémoire des Jeux qui se célébraient tous les quatre ans à Olympie. Cette fête sera célébrée toutes les années bissextiles, le deuxième jour du mois de février, sauf s'il tombe un samedi ou un dimanche ».

 

Au programme de la première « promenade olympique » figurent le lancer du disque, les concours littéraires, la course à pied, le jeu de boules, les courses en sac... Les« jeux Olympiques du Rondeau » perdureront jusqu'en 1954 (en 1906, ils sont transférés à Montfleury, dans l'ancien couvent des dominicaines de Corenc).

Tous les symboles et cérémonies qui évoquent les jeux Olympiques de Coubertin sont « récupérés »: oriflammes pour chaque classe ; défilé des participants ; emblème.

 

Parmi les lauréats figure Henri Didon, vainqueur en 1849 de la 5ème édition des « jeux Olympiques du Rondeau », qui participera au renouveau des J.O au coté de Pierre de Coubertin et qui inventera la devise Citius, Altius, Fortius (« Plus vite, plus haut, plus fort »)

                                -$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$-$

Vue des Eaux-Claires en 1960: les champs sont encore là

Vue des Eaux-Claires en 1960: les champs sont encore là

Quartier des Eaux-Claires

 

Son nom est tiré d'un ruisseau aux eaux particulièrement limpide, issu de la réunion d'infiltration du Drac qui traversait le quartier et se jetait dans l'Isère au niveau du quai de la Graille en amont de la porte de France.

 

Ce quartier de Grenoble situé au Sud des grands-boulevards entre le Drac et le cours Jean Jaurès appartenait initialement à la commune de Seyssins et a été rattaché tardivement à Grenoble en 1862.

 

Longtemps resté à l'écart de la ville , c'est après la destruction des remparts Sud (entre 1925 et 1943), remplacés par les grands boulevards que le quartier commença à s'urbaniser.

 

D'Est en Ouest, ce quartier de 15000 habitants est composé d'une zone industrielle et administrative puis d'une vaste zone dans laquelle sont imbriquées des anciens pavillons et des maisons bourgeoises ( de moins en moins) et des immeubles ( de plus en plus).En dehors de quelques îlots HLM (pa rexemple  le Lys rouge à la limite Sud construit sur des anciens entrepôts de tramway de la SGTE

http://www.standard216.com/lhistoire-des-transports-de-lagglomeration-grenobloise/lalbum-photo-de-jean-marie/du-temps-du-depot-sgte-de-la-rue-anatole-france/   (*)  – devenue SEMITAG), c'est plutôt la classe moyenne qui domine dans le quartier plutôt tranquille.

(*) Standard 216 – Histo Bus Grenoblois est une association dont le but est de préserver et présenter l’Histoire des transports en commun de la région Grenobloise dans un espace muséologique  

 

Quelques photos du quartier

 

 

Limite zone industrielle et Cité jardin du Rondeau ( aujourd'hui quartier Mistral)

Limite zone industrielle et Cité jardin du Rondeau ( aujourd'hui quartier Mistral)

Limite Quartier des Eaux-Claires (à gauche sur la photo) et les grands Boulevards ( photo aérienne prise dans l'axe Sud-Nord du cours de la Libération)

Limite Quartier des Eaux-Claires (à gauche sur la photo) et les grands Boulevards ( photo aérienne prise dans l'axe Sud-Nord du cours de la Libération)

Limite Quartier des Eaux-Claires (à droite sur la photo) et les grands Boulevards ( photo aérienne prise dans l'axe Nord-Sud du cours Jean Jaurès)

Limite Quartier des Eaux-Claires (à droite sur la photo) et les grands Boulevards ( photo aérienne prise dans l'axe Nord-Sud du cours Jean Jaurès)

Une rue arrivant sur les grands boulevards ( Cliché JF Parent 1985)

Une rue arrivant sur les grands boulevards ( Cliché JF Parent 1985)

Batiments à l'intérieur du quartier ( années 70)

Batiments à l'intérieur du quartier ( années 70)

Secteur de la rue Henri Dunant (fondateur de la Croix-Rouge) avant et aujourd'hui
Secteur de la rue Henri Dunant (fondateur de la Croix-Rouge) avant et aujourd'hui

Secteur de la rue Henri Dunant (fondateur de la Croix-Rouge) avant et aujourd'hui

Bâtiment de la MJC

Bâtiment de la MJC

Quelques batiments et maisons du début du XXème siècle
Quelques batiments et maisons du début du XXème siècle

Quelques batiments et maisons du début du XXème siècle

Le lycée des Eaux-Claires

Construit sous forme de grandes barres entre 1956 et 1959

c'etait avant renovation
c'etait avant renovation
c'etait avant renovation
c'etait avant renovation

c'etait avant renovation

Rénovation en cours

Rénovation en cours

Après rénovation

Après rénovation

Groupes scolaires

Ecole Painlevé 

Une des écoles primaires du quartier 

En construction et les travaux terminés
En construction et les travaux terminés

En construction et les travaux terminés

Entre voies ferrées et cours de la Libération

Cours de de la libération : Portion de l'ancien cours Saint-André créé à la fin du XVIIème siècle (8,2 Km de long et tout en ligne droite)

2 petits quartiers tout en longueur et dont la largeur est comprise entre 100 et 200 mètres touchent les quartiers des Eaux-Claires et du Rondeau

- Sidi-Brahim ( nom de la rue structurant ce quartier du Nord au Sud) entre les grands boulevards et le pont de la rue des Alliés

- La bande "ABRY" (nom d'un résistant exécuté par les allemands pendnat la seconde guerre mondiale) situé entre les 2 ponts qui traverse la voie SNCF 

Sidi-Brahim

Rue Sidi-Brahim (vue en direction du NORD)

Rue Sidi-Brahim (vue en direction du NORD)

Avenue Rochambeau qui permettait de traverszer la voie SNCF por rejoindre la caserne Bayard ( aujourd'hui c'est une impasse)

Avenue Rochambeau qui permettait de traverszer la voie SNCF por rejoindre la caserne Bayard ( aujourd'hui c'est une impasse)

Ecole Sidi-Brahim : Le projet au début du XXème siècle

Ecole Sidi-Brahim : Le projet au début du XXème siècle

Ecole Sidi-Brahim:  La réalité aujourd'hui

Ecole Sidi-Brahim: La réalité aujourd'hui

Quelques bouts de verdure cachées

Quelques bouts de verdure cachées

Bande ABRY

De nombreux changements et constructions prévues notamment dans chemin MENEY

Limite Chemin MENEY - rue des Alliés : quelques vieux immeubles sans grands charmes

Limite Chemin MENEY - rue des Alliés : quelques vieux immeubles sans grands charmes

Chemin MENEY: du moderne sans grand charme

Chemin MENEY: du moderne sans grand charme

Chemin MENEY: futur bétonnage avec tours et barres en vue ?
Chemin MENEY: futur bétonnage avec tours et barres en vue ?
Chemin MENEY: futur bétonnage avec tours et barres en vue ?
Chemin MENEY: futur bétonnage avec tours et barres en vue ?

Chemin MENEY: futur bétonnage avec tours et barres en vue ?

Une ancienne maison bourgeoise et son petit parc : un monde qui va disparaitre malgré son charme désuet

Une ancienne maison bourgeoise et son petit parc : un monde qui va disparaitre malgré son charme désuet

Quartier Paul Mistral

 

 Constituée d’un ensemble de barres et de tours typique de l’urbanisme typique des années soixante, le quartier Mistral a été bâti sur les décombres de la cité jardin du Rondeau. Il a été conçu à l’opposé du modèle de la cité jardin qui était un décalque urbain du village rural avec sa place centrale et ses habitations de petite taille. Le quartier Paul Mistral (nom du maire de Grenoble entre 1919 et 1932) était composé de 1100 logements environ et a atteint les 7000 habitants en 1970 ( 1000 Habitants à l'époque de la cité jardin).

 

Rapidement, la situation se détériore et Mistral devient un quartier à problèmes. A la population socialement homogène de la cité jardin s’est joint progressivement d’autres populations (rapatriés d’Algérie, immigrés issus d’autres pays européens puis du tiers-monde) ainsi que des classes sociales de plus en plus pauvres. L’esprit village qui animait la cité jardin a peu à peu disparu. Mistral est alors confronté à de nouvelles nuisances : délinquance et trafics, dégradation des immeubles, abandons des espaces publics, nuisances sonores suite à l’ouverture de l’autoroute sur les berges du Drac.

 

Dès le milieu des années 70, des opérations de réhabilitations sont lancées : construction du mur anti-son le long de l’autoroute, rénovation de l’habitat, accompagnement social et multiplications des équipements afin d’attirer les « classes moyennes ». Hormis pour le bruit de l’autoroute, l’effet sera comparable au mercurochrome sur une jambe de bois. L’image de la cité Paul Mistral a définitivement sombré.

 

          Fin 2012, la dernière barre STRAUSS est abattue, 264 logements ont disparu avec elles. Déjà, les années précédentes, une partie de la grande barre parallèle à l’autoroute (plus de 500 mètres de long !) avait été tronçonnée en 2 et 100 logements environ avaient disparu. Le bailleur social ACTIS qui pilote le projet de rénovation a permis (en complément avec le quartier des eaux claires) la livraison de 403 nouveaux logements (265 privés et 138 logements sociaux).

 

          La municipalité grenobloise souhaitait relier Mistral au reste du quartier des Eaux-Claires et mélanger les populations créer une sorte de  mixité « sociale » en attirant des classes moyennes et reloger les expulsés vers d’autres quartiers de l’agglomération. On peut toujours rêver...

 

         Malgré ces rénovations successives, la cité Paul Mistral n'est pas un quartier qui attire (7000 habitants dans les années 70, 3000 en 2015) . Il fait penser aux quartiers sud de Sarcelles avec son architecture de barres et de blockauss ,ses réseaux, ses trafics, et tout le savoir-faire qui va avec…

Pour plus de dètail sur l'histoire et la vie de ce quartier :

http://www.placegrenet.fr/2015/03/26/mistral-de-la-cite-jardins-aux-grands-ensembles/

 

Ancienne cité jardin du Rondeau :

http://grenoble-cularo.over-blog.com/2015/01/cite-paul-mistral-de-la-cite-jardin-aux-grands-ensembles.html

 

Plan détaillé du quartier et date de construction des différentes tranches

Plan détaillé du quartier et date de construction des différentes tranches

Les "barettes" ou ensemble Mistral-Drac 4 petits immeubles livrés en 1951 et qui détonnent avec les autres constructions (photo www.placegrenet.fr)

Les "barettes" ou ensemble Mistral-Drac 4 petits immeubles livrés en 1951 et qui détonnent avec les autres constructions (photo www.placegrenet.fr)

Les 4 barres Strauss. Avant et Après démolition
Les 4 barres Strauss. Avant et Après démolition

Les 4 barres Strauss. Avant et Après démolition

Quelques barres d'immeubles typiques ( La montagne en fond est le Moucherotte dans le massif du Vercors)
Quelques barres d'immeubles typiques ( La montagne en fond est le Moucherotte dans le massif du Vercors)
Quelques barres d'immeubles typiques ( La montagne en fond est le Moucherotte dans le massif du Vercors)
Quelques barres d'immeubles typiques ( La montagne en fond est le Moucherotte dans le massif du Vercors)

Quelques barres d'immeubles typiques ( La montagne en fond est le Moucherotte dans le massif du Vercors)

Commentaires

Feuillet Marie Odile 21/12/2016 13:13

bravo,
je viens de découvrir ce site qui m'a appris beaucoup sur la ville. les documents iconographiques sont très intéressants.